LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau

Commentaire de texte : Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau. Recherche parmi 231 000+ dissertations

Par   •  20 Décembre 2012  •  Commentaire de texte  •  1 779 Mots (8 Pages)  •  1 476 Vues

Page 1 sur 8

-Dans son discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau présente l’homme comme un homme pacifique par nature, il n’as pas de domicile fixe et aucun langage en dehors du cri. L’homme a l’état naturel serait un être non social et par conséquent bon. Il n’est pas violent ni agressif, car le conflit n’est pas naturel à l’homme. La violence chez l’homme est créée par la société. L’être qui n’est pas civilisée, qui n’as pas de semblables, qui vie de manière individuelle et indépendante des autres, ne connait pas la rivalité sociale et n’a donc aucune raison de nuire à autrui. L’homme naturel a seulement deux passions fondamentales, l’amour de soi et la pitié naturelle. Cette homme est inoffensif* puisqu’il n’as pas encore le désir de surpasser et de dominer les autres. La pitié naturelle est une capacité à s’identifier à la souffrance d’un semblable, un dégout naturelle à voir son semblable souffrir. C’est la vie en groupe qui va créer les désirs de dominer un autre être humain. La vie en groupe forme des clans, des sociétés et donc des rivalités et des guerres. 225

- L’homme sauvage n’a rien à craindre des autres especes vivantes car ce n’est pas dans la nature des animaux d’attaquer les humains sauf si ceux-ci se sentent en danger. L’etre humain ne se sent alors pas menacer par rapport aux autres especes vivantes. L’homme à l’état naturel ne craint rien.

-D’apres Jean-Jacques Rousseau, l’homme meme a l’etat naturel peut survivre sans la civilisation.

-Dans son discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau présente l’homme comme un homme pacifique par nature, il n’as pas de domicile fixe et aucun langage en dehors du cri. L’homme a l’état naturel serait un être non social et par conséquent bon. Il n’est pas violent ni agressif, car le conflit n’est pas naturel à l’homme. La violence chez l’homme est créée par la société. L’être qui n’est pas civilisée, qui n’as pas de semblables, qui vie de manière individuelle et indépendante des autres, ne connait pas la rivalité sociale et n’a donc aucune raison de nuire à autrui. L’homme naturel a seulement deux passions fondamentales, l’amour de soi et la pitié naturelle. Cette homme est inoffensif* puisqu’il n’as pas encore le désir de surpasser et de dominer les autres. La pitié naturelle est une capacité à s’identifier à la souffrance d’un semblable, un dégout naturelle à voir son semblable souffrir. C’est la vie en groupe qui va créer les désirs de dominer un autre être humain. La vie en groupe forme des clans, des sociétés et donc des rivalités et des guerres. 225

- L’homme sauvage n’a rien à craindre des autres especes vivantes car ce n’est pas dans la nature des animaux d’attaquer les humains sauf si ceux-ci se sentent en danger. L’etre humain ne se sent alors pas menacer par rapport aux autres especes vivantes. L’homme à l’état naturel ne craint rien.

-D’apres Jean-Jacques Rousseau, l’homme meme a l’etat naturel peut survivre sans la civilisation.

-Dans son discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau présente l’homme comme un homme pacifique par nature, il n’as pas de domicile fixe et aucun langage en dehors du cri. L’homme a l’état naturel serait un être non social et par conséquent bon. Il n’est pas violent ni agressif, car le conflit n’est pas naturel à l’homme. La violence chez l’homme est créée par la société. L’être qui n’est pas civilisée, qui n’as pas de semblables, qui vie de manière individuelle et indépendante des autres, ne connait pas la rivalité sociale et n’a donc aucune raison de nuire à autrui. L’homme naturel a seulement deux passions fondamentales, l’amour de soi et la pitié naturelle. Cette homme est inoffensif* puisqu’il n’as pas encore le désir de surpasser et de dominer les autres. La pitié naturelle est une capacité à s’identifier à la souffrance d’un semblable, un dégout naturelle à voir son semblable souffrir. C’est la vie en groupe qui va créer les désirs de dominer un autre être humain. La vie en groupe forme des clans, des sociétés et donc des rivalités et des guerres. 225

- L’homme sauvage n’a rien à craindre des autres especes vivantes car ce n’est pas dans la nature des animaux d’attaquer les humains sauf si ceux-ci se sentent en danger. L’etre humain ne se sent alors pas menacer par rapport aux autres especes vivantes. L’homme à l’état naturel ne craint rien.

-D’apres Jean-Jacques Rousseau, l’homme meme a l’etat naturel peut survivre sans la civilisation.

-Dans son discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau présente l’homme comme un homme pacifique par nature, il n’as pas de domicile fixe et aucun langage en dehors du cri. L’homme a l’état naturel serait un être non social et par conséquent bon. Il n’est pas violent ni agressif, car le conflit n’est pas naturel à l’homme. La violence chez l’homme est créée par la société. L’être qui n’est pas civilisée, qui n’as pas de semblables, qui vie de manière individuelle et indépendante des autres, ne connait pas la rivalité sociale et n’a donc aucune raison de nuire à autrui. L’homme naturel a seulement deux passions fondamentales, l’amour de soi et la pitié naturelle. Cette homme est inoffensif* puisqu’il n’as pas encore le

...

Télécharger au format  txt (11.1 Kb)   pdf (107.3 Kb)   docx (8.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com