LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Une Dissertation

Compte Rendu : Une Dissertation. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  17 Octobre 2011  •  547 Mots (3 Pages)  •  1 668 Vues

Page 1 sur 3

On entend souvent "deviens ce que tu es", "sois toi-même". Dans ce simple énoncé, ce que j'entends (avant de voir ce que ça veut dire "être soi-même"), c'est un immense désir. De fait, toute personne humaine est habitée par le désir de vivre pour de vrai, d'être libre, d'être elle-même.

e vois deux choses. Premièrement : l'illusion que si l'on écartait les difficultés, l'on pourrait enfin être qui l'on est. C'est une illusion, parce que les obstacles, les freins qu'on peut éprouver font absolument partie de notre chemin. C'est au travers des difficultés que je vais me construire. D'où viennent-elles ? De la façon dont je reçois les choses, dont je réagis. Ces difficultés parlent de ce que je suis. D'elles va naître quelque chose de moi qui va se révéler.

La deuxième illusion, liée à la première, c'est de croire qu'on aurait au fond de nous notre vraie personnalité. Il n'y aurait qu'à attendre qu'elle se révèle quand ce qui l'étouffe sera écarté. Mais c'est complètement mythique. Ce que nous sommes n'est pas tout fait mais se construit tout au long de la vie. Qu'a-t-on au fond de nous ? Des potentialités et non des choses toutes faites. Ces potentialités vont s'exprimer en fonction de la vie, des relations. Boris Cyrulnik montre comment, même quand les circonstances sont terribles, il peut y avoir pour l'enfant la possibilité de naître à la vie.

Etre soi-même va de pair avec la connaissance de soi. Ce n'est pas une introspection où l'on essaye de voir en soi, c'est un parcours. Mais c'est un parcours qui fait quand même un peu peur. J'accompagnais une jeune femme qui ne supportait pas l'emprise de sa belle-mère sur elle au travers de sa gentillesse. Mais elle s'est rendu compte qu'elle ne supportait pas cette attitude parce que ça rentrait en résonance avec ce qu'il y avait en elle. Elle-même voulait tout savoir sur son garçon, tout maîtriser, au nom du bien. Apprendre à se connaître est un chemin qui va nous dévoiler des choses sur nous-mêmes qui ne sont pas idéales. Ce chemin n'est pas facile. Il fait peur. Certains ne vont pas s'y engager. On est enfermé dans une image de soi. Mais l'image n'est pas le réel. Je crois me connaître, mais que vais-je vraiment découvrir ? Je vais être amené à me rendre compte que derrière la fille/le garçon sympa, il y a des choses pas forcément belles, qu'on ne veut pas voir. On s'imagine qu'on ne peut être aimé que si l'on est bien. Mais la bonne nouvelle de la Bible, c'est que Christ nous aime tels que nous sommes.

L'idée qu'on ne peut être aimé que si l'on est bien commence très tôt. L'enfant capte ce qui plaît à son entourage (les parents d'abord) et va se conformer à ce modèle, cette image. Quand il y a un frère, une soeur, on est à deux à partager la présence, l'attention des parents. Alors on veut la disparition de cette concurrence. Le monde adulte est identique. Avec tout ça, notre personnalité va se construire. On se débat, on se coince tout seul avec ces questions : ne pas dire certaines choses de peur qu'on ne nous déprécie, nous rejette. On n'est pas à l'aise,

...

Télécharger au format  txt (3.1 Kb)   pdf (54.4 Kb)   docx (8.9 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com