LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'homme Est Il Un Animal Politique

Compte Rendu : L'homme Est Il Un Animal Politique. Recherche parmi 250 000+ dissertations

Par   •  3 Décembre 2013  •  858 Mots (4 Pages)  •  1 335 Vues

Page 1 sur 4

L’homme est-il un animal politique ?mal

La célèbre formule d'Aristote, « l'homme est un animal politique », renvoie à plusieurs interrogations, qui toutes mettent en cause la nature de l'homme et la définition de son essence.

L'homme est-il naturellement ou culturellement portée à organiser sa vie avec les autres hommes ? Toutes les communautés animales sont-elles de nature politique, ou est-ce une exception humaine ? La solitude, le retrait de la vie de la cité sont-elles des attitudes inhumaines ? Les conflits ne sont-ils pas la preuve que nous ne sommes pas naturellement fait pour vivre selon les règles politiques ?

1. La nature politique de l'homme selon Aristote

a. La fin de l'homme est parmi les hommes

Aristote donne comme définition essentielle de l'homme qu'il est « un animal politique » en plus d'être « un animal rationnel ». Ce qui signifie trois choses : la nature et la fin ou perfection de l'homme se trouve dans la construction d'une vie avec ses semblables. L'être isolé, exclus de la communauté, est un être soit dégradé, sauvage, puni, soit surhumain : un dieu.

b. La politique comme moyen du bonheur

Ce qui distingue l'homme de l'animal, c'est la nature de cette communauté. Ce n'est pas la survie, la répartition des tâches nécessaires à la vie qui lie les hommes mais un lien intelligent fondé sur le discours, l'échange rationnel, et l'organisation autour de lois faites pour assurer le bonheur. La communauté animale (abeilles, fourmis, etc.) est biologique et sert la survie. Le lien politique est le langage et sert le bien-vivre et la liberté.

c. La politique comme espace de discours libre

Ce qui distingue la polis (vie dans la cité, dans le monde politique) des autres formes de communauté humaine, comme la famille, le foyer, la camaraderie, c'est qu'elle n'est pas fondée sur un rapport de force ou de domination. Il y a dans la vie politique une égalité qui est reconnue aux hommes qui la partagent. Le citoyen a un statut public d'homme libre et égal aux autres citoyens, alors que la famille, le foyer sont construits sur une autorité absolue du père sur sa progéniture, donnée comme faible, inégalement dotée.

C'est donc un espace où c'est la parole, et le dialogue dans les lois et pour faire les lois qui domine et règle les rapports humains, alors que dans le foyer ou les communautés animales c'est la force ou la domination qui gouverne.

2. L'artifice politique

a. Hobbes : l'homme n'est pas politique, il le devient

Mais cette position optimiste, qui fonde l'ordre politique sur la nature même de l'humanité, a été contestée, notamment par Hobbes. Il considère que « l'homme est un loup pour l'homme », et c'est le conflit, « la guerre de tous contre tous », la jalousie, le crime, les rapports de force et d'asservissements qui sont à l'état de nature le lot commun de l'humanité.

Ce n'est qu'artificiellement, en imposant un

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (77.7 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com