LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'exigence De démonstration Nuit-elle à La Liberté De Pensée?

Commentaires Composés : L'exigence De démonstration Nuit-elle à La Liberté De Pensée?. Recherche parmi 234 000+ dissertations

Par   •  11 Février 2013  •  1 076 Mots (5 Pages)  •  2 662 Vues

Page 1 sur 5

L'exigence de démonstration nuit-elle à la liberté de pensée?

Il est fréquent, lors d'une discussion entre amis, ou d'un débat plus élaboré, que l'un des interlocuteurs soit accusé d'affirmations arbitraires, ou de formuler sa position de manière trop confuse. Recourir à une forme démonstrative n'est-il pas le moyen d'échapper à de tels défauts? Si l'on essaie de démontrer un point de vue, le discours tenu n'acquiert-il pas de la rigueur et de la cohérence? Mais que devient alors ce que l'on nomme ordinairement la liberté de pensée? Il est vrai qu'on s'interdit de penser n'importe comment: les contraintes logiques constituent-elles un obstacle pour la liberté de pensée? Ne seraient-elles pas plutôt la condition de son exercice commun? De plus, est-il possible de les respecter à propos de tout domaine? Lorsqu'il devient impossible de démontrer (en métaphysique), comment garantir que la pensée ne retombe pas dans l'arbitraire?

Qu'est-ce que l'exigence de démonstration? Tout d'abord, la pensée sans exigence risque d'être peu communicable. L'arbitraire dans le discours renvoie à une conviction individuelle, mais comment persuader l'autre que l'on a raison? Pour persuader, il faut des arguments, lesquels supposent un langage défini en commun et une manière de penser également commune. Le modèle de la démonstration rigoureuse est fourni par les mathématiques, même s'il est clair qu'on ne raisonne pas quotidiennement de manière aussi stricte.

Le recours au modèle mathématique est-il utile? Il enseigne la nécessité de recourir à des concepts définis, et à des règles de déduction strictes, qui autorisent le passage d'une formulations à la suivante. Ce vocabulaire et cette grammaire sont effectivement contraignants, mais ils ont l'avantage d'être compréhensibles par tous ceux qui les admettent. La pensée y trouve parfaitement son compte, parce qu'elle y est rationnelle, et parce que c'est elle qui choisit ses règles de fonctionnement.

Enfin, la philosophie elle-même prétend être démonstrative. Le discours philosophique est un exemple de la liberté de pensée (d'où les nombreux problèmes qu'il peut avoir avec les pouvoirs). Mais cette liberté n'est jamais synonyme d'arbitraire subjectif: la philosophie se veut aussi pensée commune et accessible à tous. D'où, de Platon (forme dialoguée) à Spinoza (l'Éthique), ses efforts pour être pleinement démonstrative: c'est pour elle le moyen le plus sûr d'emporter l'adhésion du lecteur.

Ensuite, la liberté de pensée n'est pas synonyme d'une pensée qui ne connaîtrait aucune règle. En effet, la pensée la plus subjective implique le recours à un fond commun. Pour formuler quelque pensée que ce soit, même la plus apparemment farfelue, il faut recourir au langage: intervention de termes et de structures dont le sujet n'est aucunement l'inventeur. Mais la pensée n'est communicable qu'à la condition de respecter aussi des principes généraux de communication, qui sont la définition minimale de la raison (au simple sens de "raisonnable"). Se montrer raisonnable dans une discussion, c'est précisément s'interdire d'asséner des opinions arbitraires, et accepter de mettre en forme son discours pour qu'il puisse persuader l'autre.

De plus, les conditions d'un dialogue peuvent être efficace. Répondre à l'autre qu'on est libre de penser autrement que lui est toujours possible, mais insuffisant si l'on est incapable d'argumenter sa position. Le véritable dialogue est donc échange d'arguments, soit que l'un des interlocuteurs l'emporte finalement, soit qu'il y

...

Télécharger au format  txt (7.2 Kb)   pdf (86.3 Kb)   docx (10.6 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com