LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Introduction de la Dissertation de philosophie: l'Homme et sa connaissance des choses et de lui-même

Commentaire de texte : Introduction de la Dissertation de philosophie: l'Homme et sa connaissance des choses et de lui-même. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  4 Novembre 2013  •  Commentaire de texte  •  527 Mots (3 Pages)  •  456 Vues

Page 1 sur 3

Dissertation philosophie

La conscience est un pouvoir de représentation permettant à l’homme d’avoir la connaissance des choses et de lui-même. Il sait qu’elles existent et il a la connaissance immédiate de sa propre existence ainsi que de ses états et de ses actes. Le terme signifie étymologiquement « avec la connaissance de ». La conscience est un savoir accompagnant la vie, les pensées et les actes d’une personne. C’est même, si l’on en croit Locke, la conscience de soi qui fonde la possibilité de se savoir une seule et même personne tout au long de sa vie. En ce sens il semble y avoir une équivalence entre la conscience de soi et la connaissance de soi.Pourtant suffit-il de s’apercevoir, de se donner la représentation de soi-même pour prétendre être ce que j'ai conscience d'être?La notion de connaissance connote en effet l’idée d’un savoir obéissant à une exigence de lucidité et d’objectivité.Le doute s’impose, par ailleurs, car nous faisons souvent l’expérience de l’opacité de notre être. Nous sommes tristes mais nous ne comprenons pas pourquoi, nous sommes traversés par un désir mais il nous étonne. Nous soupçonnons, dans telle situation, qu’il y a en nous quantité de choses dont nous ignorons l’existence et nous découvrons parfois dans la stupéfaction, l’écart existant entre l’image que nous nous faisons de nous-mêmes et celle que les autres nous renvoient. Pire, nous nous surprenons à nous mentir et à mentir aux autres comme s’il était impossible d’assumer certaines dimensions de notre être. Et il faut souvent la médiation d’autrui ou de certaines épreuves pour nous dessiller et comprendre que nous ne sommes pas ce que nous avions l’illusion d’être. Il apparaît donc que la conscience de soi, qui est une condition nécessaire de la connaissance de soi, n’en est pas une condition suffisante. La question est alors de savoir pourquoi il en est ainsi. Qu’est-ce qui expose la conscience de soi à l’illusion et la condamne souvent à être une méconnaissance de soi ?Pour autant, le terme de connaissance est-il approprié pour désigner l’opération permettant de se saisir dans son identité humaine et dans son identité personnelle ? Car le propre d’un sujet est de ne pas avoir la consistance et la permanence des objets. Si la connaissance implique des procédures d’objectivation, n’est-elle pas par principe condamnée à manquer l’identité d’un sujet ? Et qu’est-ce que le sujet ou le moi en-dehors de la conscience qu’il a de lui-même ? Une fiction peut-être comme le montre Hume, auquel cas la conscience de soi n’aurait pas d’objet et si elle en a un, elle est disqualifiée par la réflexion précédente dans toute prétention à l’objectivité.Alors faut-il renoncer à la connaissance de soi-même ou bien faut-il comprendre que l’identité humaine et l’identité personnelle sont plus un projet qu’une donnée ; une décision qu’un être ; une destinée qu’un destin? Si c’est bien ainsi qu’il faut interpréter le « connais- toi toi-même » socratique, cela signifie que seule la conscience d’être un esprit ou une liberté est une véritable connaissance de soi. Mais cette connaissance est une tâche à assumer, non le savoir objectif d’un supposé objet.

...

Télécharger au format  txt (3.3 Kb)   pdf (55.1 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com