LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Comment Faut-il Comprendre L'expression : « La Nature De L'homme Est De Ne Pas Avoir De Nature"

Recherche de Documents : Comment Faut-il Comprendre L'expression : « La Nature De L'homme Est De Ne Pas Avoir De Nature". Recherche parmi 242 000+ dissertations

Par   •  22 Mai 2014  •  576 Mots (3 Pages)  •  679 Vues

Page 1 sur 3

Introduction :

« c’est dans la nature de l’homme », « c’est dans ma nature », « les hommes sont méchants

par nature » : ces expressions témoignent qu’on a souvent tendance à enfermer l’homme dans

une « nature » toute faite ; or ne peut-on pas paradoxalement définir la nature humaine par

l’absence de nature ? La nature de l’homme (c'est-à-dire son essence, sa définition, son

concept) serait de ne pas avoir de nature ; comment faut-il comprendre ce paradoxe ? Cette

négation de la nature en l’homme (ou de l’homme) n’est-elle pas la condition positive de sa

liberté, la marque d’une transcendance qui fait de l’homme un être à part dans la nature, un

être qui se distingue radicalement des animaux ? La condition de l’homme n’est-elle pas

d’être autre chose qu’un être naturel ? Pourtant ne doit-on pas reconnaître que l’homme fait

aussi partie de la nature et qu’il a une nature ?

I) Est-ce qu’on ne peut pas définir l’homme par cette capacité à s’arracher à ce qui est

naturel en lui : ses instincts, son animalité ?

A) La nature de l’homme est manque, privation : selon le mythe de Prométhée raconté par

Platon dans le dialogue Protagoras, l’homme a été créé inachevé : contrairement aux

animaux qui sont dotés d’instincts, l’homme va devoir se créer lui-même en inventant

la culture : le feu volé aux dieux et donné aux hommes par Prométhée symbolise cet

artifice qui marque l’avènement de l’humanité qui entre dans l’histoire et se distingue

des bêtes réduites à manger cru, à vivre dans les bois…L’homme lui va manger cuit,

vivre dans des villes (la Polis). La nature de l’homme est donc paradoxalement de

devenir autre chose qu’un être naturel : un être de culture, un humain. La nature de

l’homme consiste donc bien à nier sa propre animalité, la nature en lui, ses

instincts ; par exemple en respectant des interdits religieux ou moraux et des règles

sociales.

B) La « nature humaine » se définit donc par cette capacité à transcender

(=dépasser) la nature : ce qui signifie que l’homme est fondamentalement

LIBRE : Rousseau montre dans le Discours sur l’inégalité que l’homme n’est pas

déterminé par l’instinct mais qu’il peut choisir librement et qu’il est perfectible (le

concept de « perfectibilité »

...

Télécharger au format  txt (3.6 Kb)   pdf (56.5 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com