LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Synthèse sur le Taylorisme

Étude de cas : Synthèse sur le Taylorisme. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  24 Septembre 2019  •  Étude de cas  •  1 676 Mots (7 Pages)  •  73 Vues

Page 1 sur 7

Synthèse n°2 :

Introduction :

Le travail à la chaîne est apparu durant la Première Guerre mondiale afin de répondre à des besoins nouveaux de productions guerrières. Néanmoins, ce nouveau style de production n’a pas disparu à la fin de la guerre et s’est, au contraire, étendu dans le monde entier car il permettait aux industries d’augmenter leurs bénéfices. Cependant le travail à la chaîne n’est pas sans conséquences sur l’Homme. En effet, Charlie Chaplin dénonce les effets secondaires du travail à la chaîne ainsi que la machinisation de l’Homme dans « Les temps Modernes » en 1936.

A quel prix l’industrie est-elle prête à maximiser son profit ?

Dans un premier temps nous étudierons la déshumanisation des ouvriers et ses conséquences, puis dans un second temps, nous verrons le Taylorisme et ses améliorations. Enfin, nous nous demanderons pourquoi ses améliorations ont-elles été un échec en grande partie.

  1. La déshumanisation des ouvriers et ses conséquences

- Pour Babbage, il faut produire et vendre à un coût moindre afin d’éviter les pertes. Il faut également diminuer les coûts de production par la diminution des salaires payés. En effet, si on rend les taches accessibles à tout le monde, on diminue le coût de production. A Bethlem, Taylor va mettre en pratique c’est technique. Il passe ainsi de 600 employés à 150, par conséquent le coût de production diminue et les salaires augmentent.  => Diminution du nombre d’employés/diminution des salaires = pas de compassion, le seul but est le profit et l’Homme est un outil pour un atteindre ce but.

Taylor a créé un système de non-connaissance. Pour éviter « les flânerie systématique » des ouvriers, un système de quotas et mis en place, les ouvriers doivent une journée loyale et raisonnable.  A cela s’ajoute « la lutte pour la valeur ajoutée » ; c’est-à-dire que les ouvriers ne doivent pas trop produire ni pas assez car ils sont payés à la pièce. Le Taylorisme ne se préoccupent pas des employés licenciés ainsi que de la fatigue que les ouvriers peuvent ressentir notamment pour les travails exigeant une force physique. De plus il n’emploie que les meilleurs ce qui créé des inégalités. => Le Taylorisme voit l’Homme comme une machine, qui n’a pas de sentiments, ne ressent pas la fatigue et calcule le temps qu’il doit passer par pièce afin d’avoir produit le nombre idéal de pièces à la fin de la journée. Tout cela n’a rien d’humain.

-  Dans le texte « Gagner sa croûte », l’homme ne ressent plus aucune fierté envers son travail car il construit des choses sans savoir pourquoi et sans connaitre le rendu final.  L’homme est grotesque dans ses expressions et sa manière de pensée on nous montre clairement le cliché de l’ouvrier tué par le travail à la chaîne. De plus cet ouvrier va se saouler dans un bar après son travail, surement pour oublier sa tristesse durant quelques instants. Dans ce texte l’ouvrier est déshumanisé, voir robotisé, il est considéré comme une machine qui doit continuer de travailler même lorsqu’il est exténué.

- Brown (1954) décrit le monde industriel américain dans les années 20 et 40 via des témoignages. Il y est décrit un mal-être, un abattement moral, une sorte de déprime ouvrière générale. En effet, à partir des années 20, avec l’expansion des machines et de l’organisation du travail à la Taylor et à la Ford, s’est répandu dans les entreprises américaines un phénomène nommé : « spleen industriel ». Ce phénomène décrit un engourdissement des ouvriers, un abattement moral et une perte d’intérêt pour le travail. => Il découle de l’asservissement à la machine et à la chaîne. (Révolution industrielle)

Taylor croyait qu’en dispensant l’ouvrier de penser, on allait lui permettre de se livrer à des rêveries, bienfaisantes pour le moral. Mais Brown et Mayo constatent que les ouvriers ont des rêveries pessimistes qui se traduisent par des taux d’absentéisme et de rotation de plus en plus élevés + une baisse de la productivité.

  1. Le Taylorisme et ses améliorations

- Le Taylorisme repose sur une division du travail, c’est-à-dire une division des tâches à effectuer, ainsi qu’une accélération de la production. Cette technique poussée à l’extrême par Taylor est également appelée : l’Organisation scientifique du travail (OST). Le but du Taylorisme est avant tout de maximiser le profit de l’industrie.

La confiance est un pilier dans l’entreprise, mais d’après Taylor l’ouvrier chercherait a trompé son patron. Il faut donc restaurer un climat de paix et de générosité réciproque, selon 4 principes de direction scientifique :

- chaque patron doit savoir ce que fait son employé.

- l’employeur choisit son ouvrier, l’encadre, le suit et le forme.

- les dirigeants doivent connaître leurs employés.

- que ce soit pour les employés ou bien le patron, chacun fait en fonction de ses compétences. L’ouvrier doit être accompagné par la direction pour plus d’efficacité et d’harmonie.

L’OST (Organisation scientifique du travail) de Taylor va donc donner de nouveaux moyens de contrôles des employés aux managers, mais tout cela est caché sous le fait que l’employé gagnera mieux sa vie. Les managers, eux, vont obtenir un contrôle total sur les employés et les entreprises, en particulier dans les industries.

- Une théorie nommé le fayolisme, a repris le Taylorisme en y modifiant et ajoutant quelques choses. Ainsi ce système d'organisation de l'entreprise crée par Fayol fût transcris par 14 principes qui doivent être appliquer par l’administrateur. (Les 14 Principes : principe de division du travail, principe d'autorité-responsabilité, principe de discipline, principe d'unité de commandement, principe d'unité de direction, principe de subordination de l'intérêt général, principe de rémunération personnel, principe de centralisation, principe de hiérarchie, principe d'ordres, principe d'équité, principe de stabilité personnel, principe d'initiative, principe d'union personnel.)

...

Télécharger au format  txt (10.8 Kb)   pdf (72.7 Kb)   docx (11.5 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com