LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La poésie est-elle vouée à l'expression des sentiments personnels du poète ?

Étude de cas : La poésie est-elle vouée à l'expression des sentiments personnels du poète ?. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  26 Mars 2020  •  Étude de cas  •  2 388 Mots (10 Pages)  •  23 Vues

Page 1 sur 10

Dissertation

La poésie est-elle vouée à l'expression des sentiments personnels du poète ?

Le mot poésie vient du verbe grec poiein qui signifie « produire », « créer ». Le poète se donne un pouvoir d'invention et de création verbale. La poésie est un travail sur les mots, un art du langage qui en explore toutes les ressources et vise à exprimer ou suggérer quelque chose, en jouant sur les sonorités, le rythme, la musicalité. À l'origine, la poésie est chantée, accompagnée d'une lyre, donnant naissance à la notion de poésie lyrique. Hugo, chef de file du romantisme dans Les Contemplations révèle une partie de lui-même, fait partager ses sentiments et ses émotions.

Nous pouvons néanmoins nous demander si l'expression des sentiments personnels rend compte de l'ensemble des Contemplations.

Certes, la poésie sert souvent et notamment à Hugo l'expression d'un « moi » intérieur. Mais elle est également en lien avec le monde. C'est également une clé de compréhension du monde.

*****

*****

La poésie est un moyen pour le poète d'extérioriser ses sentiments, notamment par le biais du registre lyrique. Elle lui permet d'exprimer l'authenticité de ses émotions, de sa sensibilité, de son intimité.

À travers un « je » auquel chacun peut s'identifier, le poète incarne la condition humaine au travers de l'expression des sentiments. La poésie lyrique est d’abord centrée sur le « moi », le bonheur, l’innocences des premières amours adolescentes. Elle permet de faire part des émotions intenses, des sentiments, de l'affectivité qui caractérisent l'être humain et souvent le jeune adolescent comme celui que fut Hugo. Notre auteur romantique célèbre l’amour dans la première partie du recueil des Contemplations. Ainsi s’il nous explique que dans « Vieille chanson du jeune temps » il n’a pas su appréhender la chance donnée Rose, il nous montre comment il bénéficie d’une opportunité dans « Elle était déchaussée, elle était décoiffée » et profite ainsi des délices de l’amour. Relevons la même situation dans « La Coccinelle » (I, 15) où le jeune homme ne saisit pas le jeu de la jeune fille « Sa bouche fraîche était là : // Je me courbai sur la belle, // Et je pris la coccinelle ; // Mais le baiser s’envola » mais dans le poème 7 du livre II « Nous allions au verger cueillir des bigarreaux (…) Penchée, elle m’offrait la cerise à sa bouche ; // Et ma bouche riait, et venait s’y poser, // Et laissait la cerise et prenait le baiser » avec malice il nous montre qu’il a parfaitement capté les caractéristique du jeu amoureux. Rimbaud dans « Rêvé pour l’hiver » fait exactement la même chose. Comme Hugo, Verlaine, par l'utilisation du « je », se place en position centrale dans « Mon rêve familier », il insiste sur ses sentiments amoureux : « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant // D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime ». L’amour est un thème essentiel pour l’expression des sentiments, souvent heureux, parfois dans la souffrance.

La poésie est aussi souvent reliée à des sentiments mélancoliques ou de désespoir. Le poète est souvent un être malheureux, il s'agit de temps à autre d'un mal plus abstrait, ou

plus concret comme le deuil. Ainsi l’inspiration poétique peut venir d’une immense peine, d’une douleur qui parait insurmontable. Pour Musset, cette inspiration poétique proviendrait même de cette souffrance : « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux », dit-il en parlant des poèmes. De ce fait, un lecteur des Contemplations ne peut passer à côté de l’incontournable « Demain dès l’aube », œuvre la plus célèbre de Hugo dans laquelle, le père dans une peine continue explique le trajet qu’il effectue pour se recueillir sur la tombe de sa fille adorée. Dans « Trois ans après », il explique être « terrassé » par la douleur, « que je souffre comme un père » ou « Quand je suis brisé, las et triste ». De même le premier vers de poème 4 de Pauca meae « Oh, je fus comme fou » ainsi que le second « je pleurai trois jours amèrement » mettent l’accent sur un chagrin insurmontable, proche de la folie. La poésie se fait alors plainte élégiaque. La poésie permet donc au poète d'exprimer ses sentiments. Cependant, la poésie n'est pas centrée uniquement sur la personnalité et les émotions du poète. Elle lui permet de faire le lien entre l'homme et la nature, et de mieux comprendre le monde.

La poésie permet donc ainsi au poète d'exprimer ses sentiments, que ce soit dans l'amour, le deuil ou la quête de soi-même.

*****

Tandis que certains auteurs comme Verlaine refusent que la poésie soit au service d'un engagement et revendiquent « de la musique encore et toujours ! », Hugo se sert de la poésie pour son militantisme, et met la force de son écriture au service de ses idées.

Ainsi, Notre poète est très clairement préoccupé par le sort des enfants. Si de nombreux poèmes mettent l’accent sur l’amour qu’il éprouve pour ses filles « À ma fille » (I, 1), « Mes deux filles » (I, 3), il consacre une partie de son œuvre à défendre l’innocence persécutée comme par exemple, « L'enfant » pris dans une guerre qui le dépasse. La forme poétique renforce bien la puissance de l'argumentation, elle permet de susciter colère et pitié du lecteur. L'utilisation d'images poétiques mais très dures telles que « son crâne était ouvert comme un bois qui se fend » dans « Souvenir de la nuit du quatre », extrait du recueil Les Châtiments, ajoute de l'émotion et augmente les chances de convaincre ou de persuader le lecteur ainsi que « Épitaphe » (III, 15) dans lequel est aussi montrée l’innocence d’un enfant décédé « Il vivait, il jouait, riante créature » Le choc vient aussi des vers 112 à 145 de « Melancholia » avec le travail infernal des enfants « Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules » : le poète est horrifié par le sors réservé à ces enfants candides et angéliques dont l’activité ne devrait être que le jeu. Il espère ainsi réveiller les consciences afin de faire réagir parents, patrons ou pouvoir.

La poète peut aussi susciter l’éveil la conscience de ses contemporains

...

Télécharger au format  txt (13.2 Kb)   pdf (49.3 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com