LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Étude d'un extrait du roman Madame Bovary de Gustave Flaubert

TD : Étude d'un extrait du roman Madame Bovary de Gustave Flaubert. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  3 Mars 2013  •  TD  •  562 Mots (3 Pages)  •  1 190 Vues

Page 1 sur 3

 Selon quel point de vue ces scènes de rencontre sont-elles ractontées ?

Les trois textes de ce corpus ont pour point commun de nous montrer des scènes de rencontres. Nous pouvons donc voir que dans « L’éducation sentimentale » un point de vue interne à la 3ième personne, nous relevons un champ lexical du regard « yeux » « distingua » « regarda » « observer » « vu » qui nous montre que c’est un point de vue interne, le narrateur vois tout ce qui l’entoure. Dans « Madame Bovary » le point de vue est également interne et est focalisé sur Charles car on voit ses sensations « il entendait seulement le battement intérieur de sa tête » et la description d’Emma et des alentours « Des mouches … bourdonnaient », la « poussière » qui entre dans la pièce. Enfin dans « Bouvard et Pécuchet » le point de vue est externe, on le remarque avec ces phrase « Deux hommes parurent » « ils se considérèrent » nous n’avons aucune information sur eux, c’est strictement objectif.

Ces scènes de rencontre vous paraissent-elles traditionnelles ou originales ?

La scène de rencontre dans « L’éducation sentimentale » est traditionnelle car on y voit un coup de foudre. Toute l’attention est portée vers l’ « apparition » « il ne distingua personne » « jamais il n’avait pas vu » ces phrases sont hyperboliques car il y a l’emploi des adverbes «personne» et «jamais». Le personnage est aveuglé par « l’éblouissement » des yeux de Madame Arnoux. Il a « envie », il « désir » sans limites Madame Arnoux.

Tandis que la scène de rencontre « Madame Bovary » est originale. On constate qu’Emma fais le premier pas « elle lui proposa de boire » un verre de curaçao, on peut voir aussi qu’elle insiste, elle veut attirer son attention en le provoquant « elle se renversait pour boire … les lèvres avancées … tandis que le bout de sa langue … léchait à petits coups le fond du verre » Le comportement d’Emma dans cet extrait est enfantin et en n’apercevant pas de réactions venant de la part de Charles elle « se rassit » et « reprit son ouvrage … le front baissé »

Un silence s’installe « elle ne parlait pas, Charles non plus » gène de Charles face aux provocations d’Emma et celui d’Emma face à la non-réaction de Charles.

Enfin, la scène de rencontre dans « Bouvard et Pécuchet » est traditionnelle et originale. Tout d’abord traditionnelle car par un hasard digne des contes de fées, « deux hommes parurent », « s’assirent à la même minute, sur le même banc » ici on perçoit une figure d’instances avec la répétition de l’adverbe « même ». Ils réalisent les mêmes gestes, ils ont des similitudes, ils sont d’accord en tout point. En effet ils sont sur la même longueur d’ondes ce qui accentue l’idée de tradition. En revanche la scène est aussi originale car chacun tombe sous le charme de l’autre « Bouvard charma de suite Pécuchet » «et « l’air sérieux de Pécuchet frappa Bouvard », l’idée de charme, d’ensorcèlement et de coups avec le verbe « frapper ». Tous les deux accrochent tout de suite.

...

Télécharger au format  txt (3.1 Kb)   pdf (54.1 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com