LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Écriture D'invention à partir de la pièce de théâtre Dom Juan de Molière: Deux metteurs en scène se retrouvent et opposent leurs points de vue sur la pièce Dom Juan

Mémoires Gratuits : Écriture D'invention à partir de la pièce de théâtre Dom Juan de Molière: Deux metteurs en scène se retrouvent et opposent leurs points de vue sur la pièce Dom Juan. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  28 Janvier 2013  •  1 551 Mots (7 Pages)  •  2 201 Vues

Page 1 sur 7

Deux metteurs en scène se retrouvent et opposent leurs points de vue sur la pièce Dom Juan.

- L’un pense qu’il faut accentuer l’aspect comique

- L’autre pense qu’il faut accentuer l’aspect tragique

Rédige un dialogue où les deux hommes justifieront leurs visions respectives et les éléments du mise en scène qu’elles impliquent

Après avoir lu attentivement la pièce Dom Juan de Molière, écrit en 1665, deux metteurs en scènes ont remarqué l’ambiguïté des registres présents : le registre tragique et le registre comique. L’un d’eux est ainsi inspiré à écrire une nouvelle mise en scène en accentuant l’aspect comique de la pièce. En revanche, l’autre metteur en scène veut créer aussi une nouvelle mise en scène, mais il veut renforcer le registre tragique. En apprenant les projets des uns des autres, ils décident d’échanger leurs points de vues et idées vis-à-vis la pièce et la mise en scène.

— Bonjour m. Gravé, j’ai appris que vous allez, comme moi, représenter Dom Juan.

— En effet, m. Riant, j’ai écrit une mise en scène de Dom Juan car j’ai voulu éclairer le côté tragique de la pièce et des personnages. Don Juan est un homme mal compris, à la recherche d’un sens dans sa vie, un raison de vivre. Enfin, il meurt sans avoir trouvé ce qu’il cherchait et sans être compris par personne.

— Cela est drôle. Dans ma mise en scène, j’ai justement accentué l’aspect comique. Don Juan est pour moi l’image d’un grand enfant, intelligent, mais irresponsable. Il est en fait un peu comme M. Jourdan dans Le bourgeois gentilhomme, quand il s’agit du naïveté des deux personnages. Il n’est pas au courant des bêtises qu’il dit et des péchés qu’il fait.

— Je trouve cela un peu facile et ne pas très originale. Moi, en lisant la pièce, j’ai tout de suite senti qu’il y avait une contenance tragique qui fallait être développée en représentant la pièce sur scène. Ainsi, je commencerai avec la salle où la pièce serait représentée. Dans une représentation de Chéreau de la tragédie Phèdre de Racine, j’ai été surpris agréablement par le fait que les acteurs et les spectateurs se retrouvaient sur le même plan. L’effet était que les spectateurs avaient le sentiment que l’intrigue pouvait se passer aussi dans leur vie quotidienne. Je veux faire la même chose dans ma représentation. Les acteurs seront entouré par le public. La salle sera un lieu clos, sans décorations, juste avec des lumières qui deviendront plus sombres au cours de la pièce. En plus, il n’y aura pas de décor. La pièce deviendra ainsi intemporelle, elle ne sera pas fixé à un époque en particulier. En créant un lieu clos, on accentuera aussi le personnage principal, Dom Juan. Il deviendra un vrai personnage tragique, qui ne peut pas échapper à son destin.

— C’est une idée originale et très détaillé. Moi je préfère de rester plus proche de la réalité telle que Molière l’a écrit, quand il s’agit du décor ou la salle. Les décors seront très détaillés et changeront après chaque acte. Quant au visuel, moi je voudrai plutôt mettre l’accent sur par exemple les habits. Les costumes permettent aux metteurs en scène d’insister sur un aspect du personnage. Ainsi, comme les décors, les habits seront suivant la mode de l’époque dans laquelle la pièce est écrite. Ce seront les accents qui augmenteront le comique. Aux moments précis, comme par exemple au début de l’acte III, quand Sganarelle porte « l’habit d’un vieux médecin ». Mais il portera l’habit d’un docteur du XXIs, pour ainsi créer un anachronisme et augmenter le ridicule de ce personnage. Les femmes dans la pièce seront presque identiques, avec les mêmes robes, pour montrer que Don Juan est « un épouseur à toutes mains », que ce n’est pas la beauté des femmes qui le fait changer d’avis, car elles sont toutes les mêmes. Enfin, Don Juan portera une perruque qu’il enlève à certains moments, quand il se trouve en difficulté par exemple.

— C’est un drôle d’idée. Moi aussi j’ai une idée pour les habits. Dans une représentation de la tragédie Bérénice à la Comédie Française par Muriel Mayette, j’ai remarqué que les personnages portaient des vêtements unicolore et sans détails. L’intrigue est réduite à sa plus simple expression, l’accent est mis sur la parole et non sur l’action. Dans ma mise en scène, les personnages porteront des habits dans des nuances de gris, qui deviendront aussi plus foncés avec la lumière qui deviendra de plus en plus sombre. Les habits n’appartiendront

...

Télécharger au format  txt (9.3 Kb)   pdf (102.8 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com