LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La réfutation de La Bruyère: l’homme n’est pas un animal raisonnable

Analyse sectorielle : La réfutation de La Bruyère: l’homme n’est pas un animal raisonnable. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  31 Octobre 2014  •  Analyse sectorielle  •  866 Mots (4 Pages)  •  446 Vues

Page 1 sur 4

Les Caractères de La Bruyère se proposent de définir l’Homme dans tous les aspects de sa vie. Dans le chapitre consacré aux «Jugements», l’auteur s’intéresse plus particulièrement à la façon dont il se définit. Cet extrait présente l’homme comme présomptueux et bien peu raisonnable. Comment le moraliste compose-t-il ici une image saisissante de la nature humaine ?

Il convient d’étudier d’abord l’idée selon laquelle l’homme n’est pas un animal raisonnable, idée tournée en dérision par La Bruyère. Puis nous verrons comment l’attitude belliqueuse des hommes est dénoncée. Enfin, ce texte est un appel à une prise de conscience.

I. La réfutation de La Bruyère: l’homme n’est pas un animal raisonnable.

Cette thèse, délivrée au début du paragraphe, est d’emblée contestée par La Bruyère avec l’emploi du verbe «corner», clairement péjoratif. L’expres- sion apparaît à plusieurs reprises, à chaque fois de manière ironique.

1. Un échange des rôles. L’homme est, à plusieurs reprises, assimilé à un animal, mais de manière iro- nique, par exemple lorsque le moraliste évoque les animaux et les désignent comme «vos confrères», en s’adressant aux hommes. Les exemples suc- cessifs présentés de façon parallèle (le tiercelet de faucon, le lévrier, l’homme «qui court le sanglier») accentuent la ressemblance entre l’homme et l’ani- mal. Mais les animaux aussi sont humanisés, à la manière d’une fable (« si les uns ou les autres vous disaient qu’ils aiment la gloire», «les uns ou les autres» renvoyant aux chats ou aux loups). La Bruyère semble donc d’accord avec l’idée que l’homme est un animal, mais il conteste l’adjectif « raisonnable ».

2. L’homme est présenté comme un animal déna- turé. La taupe et la tortue, comparées à l’homme, placé dans une position d’infériorité («au-dessous de... ») possèdent « l’instinct de leur nature », contrairement à l’homme, dévalorisé ici pour ses « légèretés », « folies », et « caprices » (dans un rythme ternaire qui mime son égarement). Son imagination et son intelligence technicienne sont mises au profit de la destruction («car avec vos seules mains que vous pouviez-vous vous faire les uns aux autres [...] ? ») et l’énumération des armes (« les lances, les piques, les dards, les sabres et les cimeterres») s’oppose aux « dents » et « ongles » des animaux.

3. La Bruyère s’attache à montrer que la raison conseille de ne pas se battre contre son prochain. Il emploie l’exemple de deux chiens qu’il met en scène : ils « s’aboient, s’affrontent, se mordent et se déchirent». Face à ce spectacle, le jugement des hommes est transcrit: «Voilà de sots animaux». Cette phrase fait suite aux jugements précédents, donnés au style direct : un animal qui suit sa nature et qui en tue un autre pour se nourrir est un « bon » animal ; celui qui s’attaque à un autre de son espèce ne fait pas preuve de raison. L’homme n’est donc pas un «animal raisonnable», et La Bruyère déve- loppe plus particulièrement l’exemple de la guerre.

II. La dénonciation de l’attitude belliqueuse des hommes

Dans

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (74.2 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com