LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche De Lecture: Les corridors du quotidien de Paul FUSTIER

Documents Gratuits : Fiche De Lecture: Les corridors du quotidien de Paul FUSTIER. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  21 Février 2013  •  1 014 Mots (5 Pages)  •  2 565 Vues

Page 1 sur 5

Fiche de Lecture

« Les corridors du quotidien » de Paul FUSTIER

Paul FUSTIER est enseignant-chercheur à l'Université Lumière-Lyon 2 en Psychologie. Il collabore au sein du laboratoire du CRI (Centre de Recherche sur les Inadaptations) de l'Institut de Psychologie de cette même université. D'orientation psychanalytique, ses travaux ont porté sur le travail social et les institutions d'accueil, essayant de comprendre ce qui se passe pour les personnes accueillies, essentiellement des enfants, mais aussi pour les familles ainsi que pour les personnels qui y travaillent et notamment les éducateurs spécialisés. Il publie en 1972 son premier ouvrage "L'identité de l'éducateur spécialisé". C'est dans les mêmes années qu'il participe à une aventure, la création d'une école d'éducateurs spécialisés en cours d'emploi, Recherches et Promotion, à Lyon: la profession vit le brassage des idées conséquent à mai 68. Il publie aussi en 76 “Pouvoir et Formation”. Il collabore étroitement avec d'autres psychologues, Bernard CHOUVIER, Pierre DOSDA, René ROUSSILLON, moins connus cependant que Jean GUILLAUMIN, psychanalyste, René KAES, qui a dirigé les ouvrages "Crise, rupture et dépassement" et "L'institution et les Institutions, études psychanalytiques", et Jacques HOCHMANN, médecin psychiatre connu pour ses travaux sur l'autisme. Le champ qui les rassemble tourne autour des Institutions de soin, de la Formation et du Groupe. Ils ont tous participé aux réflexions qui ont permis que l'hôpital psychiatrique s'ouvre, et aux alternatives à celui-ci, à la prévention. Paul FUSTIER est toujours formateur et intervient toujours en supervision dans les établissements.

Dans « Les corridors du quotidien »,il s'agit de la relation d'accompagnement, dans le quotidien banal, d'enfants dans des établissements spécialisés. Le troisième chapitre « Accompagner au quotidien », débute par la banalité du quotidien. « A dire vrai, le quotidien c’est aussi le banal, de longs moments sans heurts d’un « compagnonnage ambigu » qui ne pose pas problème, et ne suppose pas de traitement psychologique particulier. Et cela est heureux.». (page 49). Paul FUSTIER fait l'hypothèse que la dévotion maternelle en se manifestant dans l'institution au travers des soins, va provoquer chez l'enfant carencé l'illusion qu'il peut retrouver la mère toute dévouée qui a été perdue. Cette illusion de l'enfant constitue un appel pour l'adulte en charge de s'occuper de lui. Cet espoir le convoque « à une place d'idéal; il est celui qui réussira là où les autres ont échoué. ». Un travail essentiel pour l'éducateur est donc de travailler sur cette illusion et de faire un deuil de l'idéal maternel. P.F insiste cependant sur l'importance de ne pas rejeter ce que l'enfant projette sur l'éducateur. L’éducateur peut se défendre en affirmant sa professionnalité de façon agressive-défensive ou bien il nie cette professionnalité, et fait croire à l’enfant qu’il se trouve avec lui dans une réalité maternelle. L’éducateur doit maintenir l’ambiguité de sa position pour aider l’enfant à faire le deuil de l’illusion. Fustier fait référence à Winnicott et au caractère trouvé-créé de l'objet transitionnel. Ce qui permet à un objet d'être transitionnel c'est l'ambiguïté

...

Télécharger au format  txt (6.6 Kb)   pdf (87.7 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com