LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

FICHE DE LECTURE TAXI DRIVER

Dissertations Gratuits : FICHE DE LECTURE TAXI DRIVER. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  28 Mars 2012  •  1 038 Mots (5 Pages)  •  1 111 Vues

Page 1 sur 5

ESPACE

Ville :C'est un lieu, tout d'abord, peuplé de femmes qu'il ne peut pas avoir

Travis est constament ramené vers la 42ème rue, à Times Square vers les putes, les freaks de la rue, et les maisons

pornos . Travis n'est pas là-dedans, il déteste, mais Times Square nourrit sa colère. Sa frustration sexuelle est

canalisée dans une haine .Il dit haïr New York la nuit, mais il y travaille constamment, et dans les pires secteurs

de la ville. Travis s'inflige une torture mentale perpétuelle.

LE TAXIS : Le chauffeur et son taxi ne font qu'un. Le taxi devient le symbole concret de la schizophrénie de

Travis. Il le protège et l'isole du monde extérieur que Travis abhorre et rejette. Travis compare New York à un

égout. Il souhaite qu'un déluge s'abatte sur la ville pour la nettoyer.Pour le personnage, le taxi est une issue de secours. D’abord de son insomnie, ensuite de sa solitude relationnelle, et finalement des dangers de la ville.

BICKLE

ANTI-HEROS : Travis Bickle n’en est pas un. Rejeté par la femme qu’il rêve de conquérir

(une terrible scène de séduction avortée dans un cinéma porno), sans ami, Bickle devient un marginal

de plus en plus menaçant, de mieux en mieux armé. Il convoite de tuer un candidat au Sénat,

de libérer par la force une jeune prostituée , le psychopathe Travis Bickle devient tout de même un héros,

adulé par la presse, vénéré par les parents d'Iris et lavé de toute accusation par les autorités.

Comme le précise Scorsese, « on a vu des choses plus étranges encore se produire à New York ».

Charles Michener de Film Comment (mars-avril 1976) abonde dans le même sens : « Travis ressort en héros du

cauchemar, avec son portrait sur la première page du Daily News, sa rage exorcisée, sa violence expiée ».

. Il incarne la menace anonyme de la paranoïa urbaine.

VIOLENCE - BRUTALITé

On reprochait à Scorsese son goût pour la violence extrême, son attirance troublante pour des personnages

antipathiques et impardonnables, ainsi que pour sa fascination morbide pour la déchéance en tant que ressort

dramatique. Taxi Driver est devenu la figure de proue de cette attitude négative envers Scorsese.

Pour certains, le film endosse une forme de violence gratuite, une attitude jugée condamnable.

Mais pour d'autres, Taxi Driver dénonce plutôt cette violence en analysant à l'intérieur du texte filmique

la source profonde du comportement violent chez cet Américain très ordinaire qu'est Travis Bickle.

Il canalise sa violence pour secourir une trés jeune prostituée droguée en tuant son souteneur et ses amis.

Il s'ensuit un terrible bain de sang ;

Pour exprimer la violence de Bickle, Scorsese adopte les techniques de Samuel Fuller :

lorsque Bickle va tuer les souteneurs, un long travelling nous fait passer le long d'un corridor, de l'endroit où

le souteneur, a été tué, jusqu'à la chambre d'Iris, l'enfant prostituée.

Taxi driver" est avant tout un cauchemar. C'est une vision de la misère et de la paranoïa urbaine.

Le monde que voit Bickle est corrompu, souillé et hideux.

Ce

...

Télécharger au format  txt (6.4 Kb)   pdf (86.4 Kb)   docx (11.3 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com