LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire des textes Angelo, Tyran De Padoue de Vicor Hugo

Commentaires Composés : Commentaire des textes Angelo, Tyran De Padoue de Vicor Hugo. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  21 Avril 2014  •  1 160 Mots (5 Pages)  •  4 488 Vues

Page 1 sur 5

Montesquieu a dit un jour : "Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir." De nombreux autres auteurs, tout comme lui, se sont intéressés à ce sujet complexe et vaste. Beaucoup ont essayé de définir le pouvoir politique, ainsi que ses enjeux et ses limites. Certaines figures de ce pouvoir ont été mises en avant, d'autres ont agi dans l'ombre mais la plupart sont tourmentées.

Hugo, célèbre poète, dramaturge et romancier du XIXème est considéré comme le chef de file du romantisme. Il a choisit d'écrire sur ce sujet dans le texte présenté ici : Angelo, Tyran de Padoue. C'est un extrait d'une pièce historique dans laquelle l'auteur met en scène une figure du pouvoir tourmentée qu'il présente à travers des intrigues tortueuses et parfois embrouillées. Angelo fait ici une longue explication complexe à sa maîtresse pour tenter de lui faire comprendre l'état d'esprit dans lequel il se trouve. Il expose sa situation paradoxale : il dit avoir beaucoup de pouvoir et être en même temps soumis à un autre pouvoir, plus fort.

Nous pouvons ainsi nous demander en quoi, par un choix de mise en scène tragique, Hugo s'engage t'il en donnant indirectement une leçon?

Pour tenter de répondre à cette problématique, nous analyserons tout d'abord l'aspect tragique de cette scène pour ensuite, dans une deuxième partie, tenter de comprendre le sens de ce discours politique.

Victor Hugo a fait de cette pièce une tragédie tant politique, que sentimentale et psychologique. Elle met en scène un homme soumit à un pouvoir terrifiant et très fort. Il lutte mais il ne semble exister aucune solution. Ce même homme est soumit à la peur, à la méfiance. Il est en plein désarroi et sa paranoïa ainsi que son comportement sont tournés au ridicule afin d'en tirer un côté ironique. Enfin, c'est un homme prit dans un dilemme : il est obligé de se comporter en tyran contre sa volonté. Le registre tragique découle de ces quelques éléments.

Tout d'abord, la scène est tragique à travers le personnage qui est un homme soumis à un pouvoir terrifiant et très fort dont il n'arrive pas à se débarrasser. Il est en quelque sorte "prit au piège". On observe tout au long du texte une abondance de l'indétermination. Le pouvoir réel est anonyme. De nombreux noms génériques pour le désigner sont employés tels que "Venise" ou "Le conseil des dix". D'autres noms neutres et passe-partout sont également choisis comme le mot "chose" dans "une chose grande et terrible". L'anonymat derrière lequel se dissimule ce pouvoir est préservé tout au long du texte à travers des phrases telles que "qui n'ont ni simarre, ni étoile, ni couronne, rien qui les désigne aux yeux".

Le pouvoir n'est pas représenté : il n'est pas concret. De nombreuses images sont employées comme des images de nuit, de souterrains, de cachette qui renforce ce sentiment d'invisibilité. Ainsi, on peut relever "on entend quelque chose monter dans la nuit ", " un corridor ténébreux" ou encore "cette ombre" où le pouvoir est représenté de façon vague, floue.

Dans ce texte, on observe également une abondance des pluriels, des énumérations et des reprises ternaires tels que « Des hommes que […] et qui […] des hommes qui […] et qui […] des hommes qui […] et qui […] des hommes qui […]», ou « des agents partout, des sbires partout,

...

Télécharger au format  txt (6.7 Kb)   pdf (83.4 Kb)   docx (10.5 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com