LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire De Texte sur le roman Belle Du Seigneur d'Albert Cohen

Dissertation : Commentaire De Texte sur le roman Belle Du Seigneur d'Albert Cohen. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  19 Décembre 2013  •  1 776 Mots (8 Pages)  •  7 539 Vues

Page 1 sur 8

La rencontre amoureuse inscrit comme quelque chose de clé dans l’histoire présente toujours une atmosphère particulière, c’est la rencontre de deux être que le lecteur voit se rapprocher au fil du récit. Cela marque un passage clé pour ses deux personnages, on ne peut pas laisser le lecteur indifférent. Ce thème que le roman peut aborder est particulièrement apparu avec La Princesse de Clèves au XVIIème siècle de Mme de Lafayette où la rencontre amoureuse prédomine le récit. On peut également parler dans un temps plus proche de nous de l’unique roman d’Alain Fournier, Le Grand Meaulnes qui est un très bon exemple d’une rencontre amoureuse au XXème siècle. Cet extrait tiré de Belle du seigneur d’Albert Cohen est paru en 1968, il s’agit du dernier roman d’une trilogie, après Solal et Mangeclous. On peut noter que l’écriture de ce roman a débuté dans les années 30 mais a été arrêtée en raison de la Seconde Guerre Mondiale. Le contexte de l’histoire est donc ancré à cette période, et on a ici un extrait qui traite de la rencontre amoureuse entre Solal et Ariane. Cette dernière reçoit l’homme dont elle follement amoureuse mais il l’ignore et elle va tenter de paraître le plus naturel possible. Albert Cohen est un auteur qui tend également vers le réalisme tant ses œuvres montrent un univers tout à fait réel où les détails sont maîtres du récit. Cette scène nous montre une femme qui attend celui qu’elle aime éperdument, et l’auteur a su joué de cette rencontre amoureuse pour ressortir tout un côté maladroit et ironique du personnage. Nous avons un point de vue omniscient qui nous permet de ressentir les moindre penser d’Ariane et ainsi nous transporter au cœur de cette scène amoureuse qui penche vers quelque chose de très ironique. Nous allons donc étudier deux grands aspects de cet extrait, la scène traditionnelle de la rencontre amoureuse mais également tout le côté ironique de la scène que l’auteur met en avant par plusieurs procédés.

Une rencontre amoureuse dans un roman est toujours quelque chose de précieux pour les personnages mais cela nécessite tout un décor pour pouvoir l’ancrer. En effet bien que cela soit quelque peu banal, l’univers bourgeois du XXème siècle que l’on retrouve dans ce texte joue un rôle sur cette rencontre amoureuse. Qu’Ariane invite son ami à prendre le thé montre déjà certaines manières de vivre. Et c’est ensuite tout le décor de la scène qui rend l’environnement si spécial, il ne s’agit pas seulement d’une tasse de thé, Ariane propose à Solal « théière avec couvre théière, tasses, lait, citron » (l. 12), cet énumération indique une certaine richesse. Ces détails instaurent dès les premières lignes un univers luxueux. L’auteur nous trace aussi les contours de cette maison qui semble être de standing, les éléments comme « le seuil » (l.2), « salon »(l.8), « vestibule » (l.19), « glace » (l.21), « fauteuil » (l.28) sont ici une marque de luxe. On a ainsi une atmosphère où Ariane évolue aisément, dans ce cadre qui pour l’époque semble très luxueux, cet intérieur bourgeois sera donc le témoin de la scène. Enfin, Ariane semble elle aussi marquée par cette richesse puisqu’elle porte une « robe » (l.29), et soigne son apparence puisqu’elle fait attention à sa posture concernant cette robe « elle tendit le bas de sa robe » (l.28.30) ; et pour finir elle a pris soin de mettre de la « poudre » (l. 20) et encore une fois elle fait attention. Cette femme décrite dans son univers bourgeois est quelqu’un qui prend soin d’elle et qui pour la rencontre veut être à son avantage pour faire la meilleur impression.

Ce passage offre au lecteur une héroïne stéréotypée par cette rencontre amoureuse, en effet elle est ici dépeinte comme une femme amoureuse qui veut être parfaite pour la rencontre, cette rencontre qu’elle attend depuis si longtemps, c’est pourquoi elle se pose des questions pour être certaine de faire une bonne impression. Cohen présent une femme qui anticipe, que ce soit les paroles ou les gestes, les scénarios qu’elle se fait crée un effet stéréotypé. On joue fortement sur le sentiment amoureux qui prend le dessus. Elle veut plus que tout que sa rencontre avec Solal soit mémorable alors elle va dès le début réfléchir à comment introduire l’arrivée de ce dernier : « aller simplement ouvrir la porte » (l. 3), « ne pas se précipiter » (l.4), « aller tranquillement en respirant largement » (l. 4.5), « le faire entrer dignement »(l.7), « proposer une tasse de thé »(l.8), tous ces groupes nominaux infinitifs sont ici utilisés comme des instructions qu’elle se donne pour être parfaite. Ariane dans sa démarche amoureuse veut tout contrôler, y compris l’image qu’elle pourrait inconsciemment donner, alors elle fait tout pour ne pas sembler être une « femme de chambre » (l.11), elle préfère que Solal la voit comme une femme « aimable »et « indépendante » (l.17). Elle ne veut en aucun cas sembler soumise ou qu’on puisse penser qu’elle perd contrôle de la situation. Ce côté stéréotypé ressort également avec tous les efforts qu’elle fait en attendant celui qu’elle aime, elle va en effet s’entraîner à parler avec « Lait ou citron ? Non l’interrogation était ratée » (l. 15-16), ce petit jeu qu’elle entretient dans l’extrait ajoute un aspect

...

Télécharger au format  txt (10.8 Kb)   pdf (115.4 Kb)   docx (11.7 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com