LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Roman de Renart – Jugement de Renart

Cours : Le Roman de Renart – Jugement de Renart. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  11 Mai 2022  •  Cours  •  451 Mots (2 Pages)  •  43 Vues

Page 1 sur 2

Le Roman de Renart – Jugement de Renart 04

435

440

445

Quant li deuls fu un poi laissié

Et il fu del tôt abessiez,

« Emperer, font li baron,

'Qar nos vengies de cel laron

Qui tantes guiches nos a fêtes

Et qui tantes pes a enfretes.

- Molt volontiers, dit l'enperere.

Qar m'i alés, Brun, bauz doz frère :

Vos n'aurez ja de lui regart.

Dites Renart de moie part

Q'atendu l'ai trois jors enters.

- Sire, dit Brun, 'molt volenters ».

Atant se met en l'ambleüre

Parmi le val d'une coture,

Que il ne siet ne ne repose.

435

440

445

Quand la douleur fut un peu passée

Et elle fut assez tôt affaiblie

« Empereur, disent les barons,

Vengez-nous donc de ce voleur

Qui nous a tant fait de ruses

Et qui a tellement enfreint la paix.

- Très volontiers, dit l’empereur.

Allez-y donc, Brun, mon très cher frère :

Vous n’aurez désormais aucun égard pour lui

Dites à Renart de ma part

Que je l’ai attendu trois jours entiers.

- Siren dit Brun, très volontiers. »

Il se met aussitôt de vive allure

Dans le val d’une terre cultivée,

Si bien qu’il ne s’arrête ni se repose.

485

490

495

500

Et Renart qui le mont engane,

Por reposer ert trais arere

Enmi le fonz de sa tesnere.

Garni avoit molt bien sa fosse

D'une geline grant et grosse,

Et s'avoit mangié au matin

Deux beles cuisses de poucin.

Or se repose et est a ese.

Atant es vos Brun a la hese.

« Renart, fait il, parlez a moi !

Ge sui Brun messagier lo roi.

Issiez ça fors en ceste lande :

S'orrez ce que li rois vos mande. »

Renart set bien que c'est li ors,

Reconueü l'avoit au cors ;

Or se conmence a porpenser

Con se porra vers lui tenser :

« Brun, fet Renart, baus doz amis,

En molt grant peine vos a mis

Qui ca vos a fet avaler.

Ge m'en dévoie ja aller :

Mes que j'aie maugie ançois

D'un mervellos mangier francois.

485

490

495

500

Et Renart qui trompe le monde

Pour se reposer s’était retiré à l’arrière

Au fin fond de sa tanière.

Il avait bien rempli son terrier

S’une grande et grosse poule,

Et il avait mangé le matin

Deux belles cuisses de poussin.

Désormais il se repose et il est à l’aise.

A ce moment, Brun est arrivé à la barrière

« Renart, dit-il, venez me parler !

Je suis Brun, messager du roi.

Sortez donc de là et venez dans cette lande :

Et vous entendrez ce que le roi vous demande. »

Renart sait bien que c’est l’ours,

Il l’avait reconnu à sa course ;

Il commence alors à réfléchir

Comment il pourra se défendre contre lui :

« Brun, fait Renart, beau doux ami,

En très grande peine il vous a mis

Celui qui vous a fait dévaler jusqu’ici.

Je devais justement m’en aller :

Mais pas avant d’avoir mangé

D’un superbe plat français.

...

Télécharger au format  txt (3.1 Kb)   pdf (35.2 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com