LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

En Attendant Godot- Analyse Philosophie

Rapports de Stage : En Attendant Godot- Analyse Philosophie. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  2 Octobre 2013  •  2 893 Mots (12 Pages)  •  892 Vues

Page 1 sur 12

Approche philosophique

Cette pièce de théâtre est jouée pour la première fois en 1953 ; le monde entier va l'acclamer et la traduire (en plus de 20 langues) .

Explication

D'abord : Elle correspond à la réactivation par les existentialistes d'une prise de conscience pessimiste de l'existence (apparue au 19° avec Schopenhauer et Kierkegaard) et à la notion de Spleen, (reprise ensuite par le mouvement Dada : no future). Pour les existentialistes (Sartre, Merleau-Ponty, Camus, Cioran) la vie repose sur un non-sens, l'existence humaine est absurde, le bonheur est une illusion. (Déjà Pascal, au 17° siècle avait parlé de la misère de l'homme mais pour lui il y avait une issue : Dieu) or depuis Nietzsche, "Dieu est mort".

Cette réactivation est liée aux facteurs historiques attestant de la tragédie humaine :

- Après, la der des der a eu lieu l'holocauste et la guerre de 45, et Hiroshima, Nagasaki.

- Les espoirs soulevés par le marxisme s'effondrent

- Les Blocs Est Ouest créent une instabilité politique

- Une angoisse ambiante se traduit chez Picasso (Guernica) ou Léger

Ensuite : un renouveau s'est opéré dans le théâtre depuis la fin du 19 et le début du 20° :

- Pour Artaud Le théâtre et son double "Le théâtre doit être hallucination et délire".

- Pour les Surréalistes Apollinaire Les Mamelles de Tirésias (1917)

"Il est juste que le dramaturge se servent

De tous les mirages qu'il a à sa disposition

Et qu'il ne tienne pas plus compte du Temps

Que de l'Espace"

- Pour Jarry " Le théâtre ne sera ni d'intrigue ni de caractère, à peine de situation.

La pièce a été écrite par Beckett, né en 1913 en Irlande et vivant en France depuis 37 (exilé à cause des problèmes religieux : il n'est pas catholique). Il a mis 3 ou 4 ans pour l'écrire.

Il est difficile de parler de texte narratif dans la mesure où aucune histoire n'est racontée : Beckett montre deux personnages qui attendent quelque chose et qui s'occupent.

C'est une œuvre qui déconcerte : elle va recevoir l'étiquette de "anti-théâtre", synonyme de théâtre de dérision ou théâtre de l'Absurde.

Les sens de l'œuvre

Une pièce du non-sens, de l'absurde

+ Facile de répondre à la question du sens car il n'y a pas de sens justement parce ce que tout est absurde. La démarche même qui consiste à se demander pourquoi c'est absurde est absurde puisque tout est fait pour montrer que l'homme n'a pas les moyens d'y répondre et que son désespoir vient du fait qu'il se pose des questions sur le pourquoi des choses. Le propre de l'absurdité c'est de ne pouvoir être explicable. L'absurde c'est l'incompréhensible.

+ Toutes les clés sont données dès l'ouverture du rideau : Rien à faire. (leitmotiv) Ou rien à voir (p15) Ou c'est la vie (réplique d'Estragon p79) Ou "On est dans la merdecluse " (p 104)

Rien à faire, donc attendre, attendre d'avoir à faire et dans ces conditions tout pousse à meubler le temps (p135), à rien faire...

Attendre Godot ? C'est qui ? Beckett a dit " Je n'en sais rien ! Si je le savais je l'aurais dit" C'est en tout cas quelque chose qui mettrait fin à une situation pénible : Godillot : Chaussure, God : Le Sauveur. Goder = jouir en Italien, ou God + ot , suffixe diminutif, cf. Charlot, Pierrot).

+ Bref, il y a quelque chose d'absurde dans l'existence humaine : attendre Godot c'est espérer que cela va changer et être pourtant totalement lucide sur le fait que cet espoir est absurde. La pièce touche tous ceux qui partagent cette impression de fond sur le sens de la vie.

Ceci dit on peut proposer des "explications "

1- Une pièce existentialiste

Plusieurs idées caractéristiques de ce système philosophique s'y retrouvent :

+1- Plus on pense plus il faut penser. Plus je sais, plus je sais que je ne sais pas. Cercle vicieux tragique qui tourne au délire, au ridicule. De plus la pensée s'exerce souvent sur des problèmes personnels, annexes, sans rapport avec le fond des problèmes, avec des mots creux, mal définis

Cf. " c'est ça, contredisons-nous" ou "jouons à penser"

cf. "ce qui est terrible c'est d'avoir pensé "

cf. Beckett : (Textes pour rien) "Le tort que j'ai eu c'est de vouloir penser"

Cf. : le chapeau de Vladimir qu'il met pour penser.

+2- La situation de l'homme est absurde parce qu'il ne vit pas dans le présent, dans le ici et maintenant, il projette sans cesse son avenir, il attend, il voit la vie de manière processive et de ce fait il se quitte lui-même. Lucky répète "n'anticipons pas"

+3- Il y a une rupture entre le vouloir et l'acte : "on s'en va " répète Estragon, mais il ne part pas. Même l'acte essentiel qu'est notre naissance échappe à notre vouloir.

+4- Naître c'est mourir cf. "elles accouchent à cheval sur une tombe". Il faut donc attendre la mort pour être délivré de la vie.

+5- L'existence est monotone, répétitive, elle donne la nausée, le spleen, conduit à l'indifférence du ceci égale cela. (thème de l'Etranger) :

"rien à faire " Ou "On trouve toujours quelque chose, hein Didi, pour se donner l'impression d'exister " Ou " Rien ne se passe, personne ne vient, personne ne s'en va, c'est terrible"

...

Télécharger au format  txt (17.8 Kb)   pdf (171.5 Kb)   docx (18.2 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com