LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire sur la pièce de théâtre En Attendant Godot de Samuel Beckett

Mémoires Gratuits : Commentaire sur la pièce de théâtre En Attendant Godot de Samuel Beckett. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  7 Avril 2013  •  1 774 Mots (8 Pages)  •  1 025 Vues

Page 1 sur 8

Les personnages de ce théâtre de l’absurde incarnent le tragique moderne dans un univers privé de toute transcendance. Ici, il s’agit d’anti-héros pathétiques, de pantins grotesques, incapables de donner un sens à leur vie. A l’opposé des héros du théâtre classique, Samuel Beckett nous offre deux clochards, désespérément seuls : Vladimir et Estragon. Aucune réelle description physique nous est présentée, cependant, la didascalie (l.8) « s’approchant à petits pas raides, les jambes écartées »compense ce manque en nous renseignant sur la démarche de Vladimir. L’auteur nous informe qu’il perd son pantalon, probablement parce qu’il a maigrit et ceci dégage une certaine faiblesse, une souffrance du personnage. Au début de la pièce, Estragon tente à plusieurs reprise (l.3)« d’enlever sa chaussure » mais il n’y parvient pas (l.7) « rien à faire », le personnage est incapable d’agir, cette situation est ridicule, une fois de plus l’auteur le fait passé pour un bouffon pathétique. Dans la suite du passage, on apprend qu’Estragon se fait régulièrement battre (l.23-25) « Et on ne t’a pas battu (…) Toujours les mêmes » ceci nous révèle la lente agonie de l’être humain, incapable d’agir. De plus, on découvre qu’Estragon a passé la nuit (l.20) « dans un fossé » ce qui souligne, une fois de plus la médiocrité de l’homme. Ainsi, dans toutes ces situations, Beckett nous représente des anti-héros pathétiques dont l’action semble organisée autour de leur relation.

En effet, les rapports entre les deux personnages semblent former l’intrigue. Lors de leurs retrouvailles, Estragon semble peu enthousiaste, quasi indifférent (l.15) «Lève-toi que je t’embrasse. » et Estragon répond (l.17)« Tout à l’heure, tout à l’heure » on remarque une certaine froideur entre les deux, il n’y a pas d’effusion de sentiment de la part d’Estragon contrairement à Vladimir qui semble soulagé de le retrouvé . On peut même penser qu’il s’inquiétait pour son ami (l.28-29) « depuis le temps.. je me demande… ce que tu serais devenu …sans moi » ici, l’indice temporel « depuis le temps » marque une certaine continuité qui suggère que leur amitié dure. On observe également que Vladimir à une figure maternelle (l.39) « depuis le temps que je te (le) dis. Tu ferais mieux de m’écouter » on retrouve à nouveau l’indice de temps pour renforcer l’idée de durée mais on remarque également que Vladimir veille sur estragon, il se souci de lui. Il lui donner des conseils et lui demande de l’écouter. Vladimir parait alors supérieur à Estragon car ils souffrent tous les deux, mais seul Estragon se plaint et est pessimiste à longueur de temps. On découvre aussi dans ce passage, (lorsque Vladimir ressasse le passé (l.36-38) « La main dans la main, on se serait jeté en bas de la Tour Eiffel, parmi les premiers (…) Maintenant, il est trop tard » qu’il parle d’un suicide du haut de la Tour Eiffel. On décèle une solidarité entre ces deux hommes « main dans la main » face à leur pauvreté qui les aide à surmonter cette vie dépourvue de sens. Malgré leur solitude, et leur souffrance, Vladimir ne se décourage pas (l.10) « et je reprenais le combat ». Ainsi, nos deux protagonistes

...

Télécharger au format  txt (6.8 Kb)   pdf (80 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com