LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire du roman En Attendant GODOT de Beckett

Note de Recherches : Commentaire du roman En Attendant GODOT de Beckett. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  16 Juin 2014  •  1 222 Mots (5 Pages)  •  3 499 Vues

Page 1 sur 5

Samuel Beckett, En attendant Godot (texte 20) page 263-264

Introduction :

1. Présentation de Beckett : romancier et dramaturge du XXème siècle ; théâtre souvent rattaché au « théâtre de l’absurde » mais œuvre profondément à part.

2. Présentation de la pièce : En attendant Godot est créée et publiée en 1953 ; il s’agit de la plus célèbre pièce de Beckett qui l’a fait reconnaître.

3. Situation de la scène : Le second acte ressemble étrangement au premier. L’action se déroule le lendemain au même endroit, à la même heure. Depuis le premier acte, Vladimir et Estragon sont occupés à attendre Godot, un hypothétique personnage susceptible, selon Vladimir, de les héberger et de leur donner du travail. Mais il ne vient pas et les deux hommes meublent leur ennui en discutant.

4. Présentation de l’extrait : dialogue à deux personnages. Vladimir et Estragon attendent Godot quand ils changent soudainement de sujet pour parler de la nourriture et plus précisément de radis, de navets et de carottes.

Conclusion :

En attendant Godot de Beckett est donc en rupture avec le théâtre dramatique et s'inscrit dans le théâtre de l'absurde, fruit des bouleversements du siècle, avec un décor dénué, un cadre temporel confus et cyclique, des personnages antihéros et une action qui restera niée tout au long du récit.

Le théâtre de l’absurde dit beaucoup plus que ce qu’il n’y parait aux premiers abords, il faut voir la dimension métaphysique, comme Ionesco qui fait une critique sociale dans Rhinocéros. Dans cette pièce de théâtre de l’absurde, Ionesco critique le parti Nazis qui se démocratise tout en décrivant des humains ce transformant un à un en rhinocéros.

I Une scène vide d’action

a) Il ne se passe rien

- L6- La réponse n’est pas satisfaisante, il ne répond pas à la question

Il y a une confusion de l’action et du but de l’action (=absurde). La raison pour laquelle on agit c’est pour faire quelque chose. Alors que là ils font l’inverse.

- L23- « bouge pas », Vladimir à accomplit sa mission, ils ne partiront pas.

- Vladimir et Estragon bougent très peu

- Les répliques sont brèves et plates, ce ne sont que des questions-réponses

- Leur seule activité est l’attente (de Godot)

- Il y a donc une expression de la condition humaine, il n’y a pas de force qui les poussent à agir. Une réalité qui semble indépassable qui suffit à faire taire Estragon.

- Le dialogue tourne autour d’un élément dérisoire comme si les comédiens meublaient le vide de la situation

- Aucune progression de l’intrigue, les personnages restes immobiles (« il ne bouge pas »)

- Le texte n’a pas beaucoup de sens, d’abord ils attendent quelqu’un puis ils changent de sujet et parle de légumes. Il parle en fait pour parler, meubler le vide

- Vladimir a une fonction prophétique, presque d’interprète. Mais il ne peut rien interpréter car il ne se passe rien.

b) La nourriture au centre de l’action

- Nourriture = thème absurde pour une pièce de théâtre

- Les légumes énumérer (radis, navets, carottes) sont des termes employés au sens figuré dans des expressions populaires, cela donne donc un effet comique.

- L8- « Tu veux un radis » tentative de soulager l’impatience d’Estragon. Montre la supériorité de Vladimir à Estragon. (Une réplique ne suit pas l’autre = manque de sens = absurde)

- On passe brutalement d’un sujet à l’autre = décalage, comique et inconfort.

- L10- Radis/Navets, pas de lien logique = encore une fois absurde

- L11, 12- « tu exagères avec les carottes » Il n’y a pas de lien logique avec le reste du texte, on ne sait pas à quoi il fait allusion, si

...

Télécharger au format  txt (7.3 Kb)   pdf (93.5 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com