LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire Littéraire sur une oeuvre de Maupassant

Fiche de lecture : Commentaire Littéraire sur une oeuvre de Maupassant. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  5 Novembre 2013  •  Fiche de lecture  •  1 336 Mots (6 Pages)  •  504 Vues

Page 1 sur 6

Etude

I - Une narration vivante

Nous avons affaire à un récit vivant, se déroulant à la campagne. La couleur locale est rapidement affichée par un vocabulaire ordinaire à l'époque de Maupassant tels que "galopier" ou "garnement" et par un décor ordinaire : celui d'une école remplie d'enfants, et cette même couleur locale permet, par son côté pittoresque, une description concrète de la vie champêtre, comme celle de l'influence des ragots dans ces régions.

L'auteur cherche à donner vie à son récit par toute une série de figures de rhétorique propre aux naturalistes; tout d'abord, le texte possède comme temps dominant le passé simple, introduisant la présence d'actions et d'événements spéciaux, dont le premier est marqué par la conjonction de coordination d'opposition "mais". Cependant, d'autres temps comme l'imparfait, afin de faire des descriptions, ou le plus que parfait, afin de faire des retours en arrière, sont aussi employés.

ex : "Tous avaient entendu parler"

Quant au rythme ternaire du 1° paragraphe, il marque une cassure rythmique avec la suite du texte d'où se dégagent certains mouvements (cf. : circulaire Simon).

De plus, au bout de quelques temps, apparaît un dialogue concis, mettant en valeur la violence du désespoir de l'enfant isolé, valorisation d'autant plus amplifiée du fait des contrastes, comme l'âge du "gars", 15 ans, et du petit, 8 ans, et de la présence de connecteurs logiques accentuant les va-et-vient entre le groupe et le gamin. ex : "Quand".

Enfin, le narrateur omniscient (connaît les pensées des commères) ne dépeint pas seulement les réactions des personnages, mais les justifie aussi. De ce fait, il glisse de temps à autre dans la peau des personnages apportant alors une focalisation zéro au texte, jeu assez caractéristique du réalisme et du naturalisme. Par certains procédés, l'écrivain met donc en relief la scène, et fait désirer au lecteur la suite. On évolue alors d'une simple narration à un récit de plus en plus contrasté pour finir sur une sorte de scène théâtrale du fait de l'évolution du dialogue et de la scène vers un ton dramatique.

II - Les autres, le groupe

Dès le début du texte, le groupe opposé à Simon est mentionné au pluriel "ils" "tous", et ce, constamment par des noms ou pronoms pluriels. Ainsi, ils sont nombreux, donc plus forts, tandis que Simon, seul, est faible. Un véritable contraste est alors présent entre le petit garçon âgé de 8 ans et le groupe avec à sa tête un adolescent de 14 ans. Seul un gamin ressemble à Simon, lui aussi sans père, mais lâchement, il préfère se ranger du côté des plus puissants. Cependant, dès le commencement, Maupassant critique les adultes au travers des enfants, en qualifiant leur attitude vis-à-vis de Blanchotte d'hypocrite. Ainsi, le grand enfant imite les parents, et les gamins, l'adolescent. Le comportement des enfants n'est donc pas spontané, mais a été préparé par celui des parents. En somme, la méchanceté des enfants est donc la réplique de celle du monde des adultes, caractérisé lui aussi de noms et pronoms pluriels.

Dans le paragraphe suivant, l'attitude du groupe est expliquée par la conjonction de coordination "car" dans des phrases abondant de négation, montrant le refus constant des "galopins" réagissant comme une meute, encercle la proie avec à sa tête un chef derrière lequel les mâles s'effacent et qui s'impose par la force et une attitude agressive. Ainsi, dans le dialogue "théâtrale", le ton indique un mépris insultant vis-à-vis de Simon par le tutoiement "toi" ou "Simon, quoi". Il ne fait que répéter des choses qu'il a déjà dites à travers des phrases simples, voire primaire, comme lui (en effet, un enfant de 14 ans en primaire, qui ne trouve public que chez les plus petits ?)

Quant au reste du groupe, ils sont caractérisés par leur esclavage vis-à-vis du chef, par leur naïveté, et par leur crédulité vis-à-vis du discours des adultes. Leur ignorance

...

Télécharger au format  txt (7.9 Kb)   pdf (96.9 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com