LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Étude du personnage Maître Derville dans le roman Le colonel Chabert d'Honoré de Balzac

Analyse sectorielle : Étude du personnage Maître Derville dans le roman Le colonel Chabert d'Honoré de Balzac. Recherche parmi 250 000+ dissertations

Par   •  20 Janvier 2014  •  Analyse sectorielle  •  426 Mots (2 Pages)  •  1 598 Vues

Page 1 sur 2

Derville un homme de loi integre

Dans le livre, Derville est en quelque sorte le porte-parole de l'auteur. En effet c'est par lui que l'auteur va nous transmettre ses idées, ses dénonciations, les injustices de la société .

Derville est un personnage du Colonel Chabert. Il est né à Noyon en 1794 et apparaît dans de nombreux romans de La Comédie humaine de Balzac : il joue un rôle important dans de nombreuses œuvres de Balzac comme par exemple Le Père Goriot (1835). Son prénom et sa date de décès ne sont mentionnés nulle part.

Il y joue toujours le rôle d’un avoué intègre d'une honnêteté irréprochable. C’est l'un des personnages principaux du récit avec le Colonel Chabert et la comtesse Ferraud.

Il est le seul personnage honnête et généreux de ce roman. Il est aussi le seul à croire et à aider Chabert.

Un grand nombre de lieux et de personnages sont vus à travers son point de vue comme le portrait du colonel Chabert, celui de la comtesse Ferraud et l’endroit où ils habitent.

Ce sont ses paroles qui servent de conclusion au roman. Ce personnage, lucide et intègre est très proche de Balzac et lui sert visiblement de porte-parole. En exerçant son métier Derville cherche à faire régner la justice et à protéger les faibles et les bons.

Comme Balzac, Derville a été un juriste connu pour travailler la nuit. En voyant le lieu où Chabert vit, Derville souligne le contraste entre les mérites de Chabert et ce que la société, injustement, lui octroie : « l’homme qui a décidé le gain de la bataille d’Eylau serait là !(page 64 ligne 9) ». Et il en est de même à la fin, lorsque Derville dit : « Quelle destinée ! sorti de l’hospice des enfants trouvés, il revient mourir à l’hospice de la vieilleisse, apres avoir, dans lintervalle aidé napoléon a conquerir l’egypte et l’europe( page 165-ligne 5à9) ».

Comme Balzac, à la fin, Derville en a trop vu. Le narrateur compare à deux reprises les avoués, les prêtres et les médecins parce que tous trois, comme lui, connaissent tous les maux du monde et cherchent à les soigner. Le constat final est des plus pessimistes et son évolution suit celle de l’histoire du colonel Chabert qui s’achève de façon tragique. Ceux-ci portent « des robes noires », dit Derville, « peut-être parce qu’ils portent le deuil de toutes les vertus, de toutes les illusions ». Ce deuil est aussi celui de Balzac qui dénonce dans La Comédie humaine les travers des hommes et du monde dans lequel ils vivent.

...

Télécharger au format  txt (2.5 Kb)   pdf (53.8 Kb)   docx (8.7 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com