LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

1er guerre mondiale

Cours : 1er guerre mondiale. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  5 Mars 2019  •  Cours  •  1 272 Mots (6 Pages)  •  401 Vues

Page 1 sur 6

1er Guerre Mondiale

Introduction

Le 28 juin 1914, l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand, héritier de l’empire austro-hongrois, à Sarajevo par un nationaliste Serbe entraine l’Europe, puis le monde dans une guerre d’un genre nouveau : la guerre total (définition p.79). En effet, la monté des nationalisme (Avoir une identité nationale très forte, vouloir s’affirmais) les rivalités coloniales et commerciales, puis le jeu des alliances (Triple entente, contre Empire centraux) sont les principales causes d’un long conflit d’une violence inégalait. Ces combats vont marquer les consciences à jamais. Pour les combattants qui ont survécu, cette guerre doit être la « la der des ders ». Instituée lors des traités de 1919, la SDN (société des nations) échoue cependant à maintenir la paix.

Quelles souffrances, les combattants de la grande guerre ont-ils endurés. Pourquoi le système de sécurité collective instaurait en 1919 s’est-il montré défaillant ?

Tout d’abord, nous exposeront les violences auxquels sont confrontés les soldats puis, nous verrons comment les « poilus » on peut survivre à de telle atrocités. Et enfin, nous analyserons les raisons de l’échec de la SDN.

I. Combattre

Une mobilisation massive : 20 millions de soldats en 1914, et 78 millions au total auront combattu durant la guerre. Très peu de femmes sont volontaires, et elles seules volontaires sont empêchées. Les soldats ne partent pas heureux, les soldats sont forcés à sourire (propagande). Les soldats ont peur, mais c’est leur devoir, et il faut « se motiver ». Ils sont habités d’un devoir patriotique, pour une guerre défensive. Le perfectionnement de l’armement défensif stop la course à la mer, nous passons d’une guerre de mouvement à une guerre de position, donc une guerre de tranchées.

Le stresse est dut à l’artillerie ; mais aussi à l’hygiène. Le taux de mortalités était de 22% pour les fantassins, 16% pour les aviateurs et 8% pour les artilleurs (car il était en 3eme ligne). Chaque jour, en moyenne, 900 français mourait, 1300 allemands et 1450 russes. Il y a 20 000 britannique mort le 1er jour de la bataille de la Somme. Il y a beaucoup de disparu, et beaucoup de soldat sont inconnus, et beaucoup de défigurer. Il y a 8 millions d’invalide et d’infirme. En France, il y a 14 000 « gueules cassées ». Progrès de la chirurgie esthétique « grâce » aux défigurées. Les soldats sont plus vulnérables que dans les conflits précédents. Les bombardements d’artillerie est responsable de 75% des pertes directs. Quand l’obus ne tues pas, il blesse gravement. L’enterrement dans des trous pour se protéger créer des troubles psychologiques : « l’obusite ».

II. Survivre

A.

Les soldats doivent apprendre à se protéger, tous en subissant de terrible conditions de vie. Ils ont le devoir d’obéir à l’atrocité. La grande guerre va hanter les consciences de toute une génération, d’où un devoir de mémoire. Le système de défense et permanant

Front de l’ouest-> 700 km de tranchées en 3 lignes

Entre 2 tranchées, il y a des no man’s land, avec des corps (déchiqueter).

Les soldats doivent s’habituer au bruit des obus et à la vue (et l’odeur) de corps en putréfaction. Les soldats boivent pour s’habituer. Il évolue dans le froid et la bout, les soldats vivent dans la promiscuité (les uns sur les autres), avec un manque d’hygiène. Ils étaient appelés les « poilus » pour les français, les « tommies » pour les anglais et les « landser » pour les allemands. Les rats et les poux les pullules. Les puces pullulent entre les déchets humains. A partir 1915, les soldats on le droit a 1 semaine de pause, tout les 4 mois. La société ne connait pas les conditions de vie des poilus. On donne une image positive de la guerre, et ils sont révolté par le bourrage de crâne : expression employait à l’origine par les poilus pour dénoncer les mensonges de la presse sur les réalités du front. Par extension, elle désigne la propagande patriotique : la guerre=sacrifice pour sa patrie. D’où le succès du

...

Télécharger au format  txt (8 Kb)   pdf (42.9 Kb)   docx (10.8 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com