LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Seconde Guerre mondiale: guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des tziganes.

Dissertation : La Seconde Guerre mondiale: guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des tziganes.. Recherche parmi 245 000+ dissertations

Par   •  7 Janvier 2013  •  1 866 Mots (8 Pages)  •  2 262 Vues

Page 1 sur 8

La Seconde Guerre mondiale: guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des tziganes

La Première Guerre mondiale devait être ''la der des ders'', pour reprendre une expression française. Il n'en sera rien. Malgré l'importance des idées pacifistes dans l'Europe de l'entre-deux-guerres (en particulier dans les démocraties occidentales), tous les ingrédients du déclenchement d'une Seconde Guerre mondiale sont bien en place dès 1919.

Dans ce contexte, les idéologies impérialistes et nationalistes des régimes totalitaires, soucieux de la grandeur de leurs États, vont jouer un rôle prépondérant (en particulier en Allemagne, en Italie et au Japon). Les politiques étrangères maladroites de grandes puissances, trop soucieuses de ne pas contrarier leurs opinions publiques, aggraveront la situation.

Du fait de l'expansion mondiale des zones de combat et d'une véritable spirale de la violence, le conflit de 1939-1945 va être encore plus brutal que celui de 1914-1918. Cette fois, les militaires ne sont plus les seuls concernés: cette guerre à outrance va également prendre des millions de civils pour cible.

Une guerre d'anéantissement qui touche durement les civils

• La Seconde Guerre mondiale se caractérise par l'importance des idéologies qui orientent souvent les tactiques meurtrières des belligérants.

• Hitler expose les bases de sa future politique dans Mein Kampf (''Mon combat'') écrit en prison entre 1923 et 1924: le peuple allemand est en droit de conquérir un ''espace vital'' (Lebensraum) où les populations germaniques pourront vivre et prospérer. Selon lui, cet impérialisme est justifié car ces populations descendent des Aryens, race supérieure qui aurait dominé l'Europe dans les temps anciens.

Le racisme est ainsi un fondement essentiel de la politique du Reich allemand. Pour Hitler, les Allemands doivent établir un ''ordre nouveau'' en Europe, assimiler les ''races supérieures'' (comme les Scandinaves) et asservir les peuples inférieurs (comme les Latins et surtout les Slaves) pour retrouver leur puissance perdue. Cette conception de la politique va au-delà du nationalisme et explique pourquoi l'occupation allemande a été si dure à l'est vis-à-vis de ''peuples slaves'' méprisés et pourquoi des milliers de Polonais seront chassés de chez eux au nom de la ''purification ethnique''. Les populations d'Europe de l'est vont payer un lourd tribut à la guerre, en particulier lorsque l'URSS de Staline va rompre son alliance avec l'Allemagne.

• En Asie, le Japon développe lui aussi une idéologie raciste et impérialiste qui aura des conséquences dramatiques pour les populations occupées, en particulier en Chine.

• Les futurs vainqueurs sont aussi à l'origine de massacres. Ainsi, Staline va ordonner à sa police politique (le NKVD) le massacre de 22000 officiers polonais à Katyn en avril/mai 1940. Ce carnage est passé sous silence par les Alliés qui laissent l'URSS en rendre responsable l'Allemagne nazie. Ils ont en effet promis lors de la conférence d'Anfa (Maroc) en 1943 de poursuivre les combats jusqu'à la capitulation totale de l'ennemi. Dans cette logique de la guerre, ils prendront également des décisions lourdes de conséquences pour les populations (comme celle de bombarder à outrance les villes allemandes – comme par exemple Dresde, en février 1945, causant environ 35000 morts – mais pas les camps de concentration).

• Pendant toute la période de la guerre, l'Europe occupée vit sous la domination du Reich et est à son service. Les États vaincus par l'Allemagne doivent lui verser des réparations de guerre. Les ressources des populations sous domination nazie sont réquisitionnées et la pénurie s'installe. Le marché noir se généralise. Les civils doivent aussi travailler pour l'Allemagne (comme avec le service du travail obligatoire à partir de 1942 en France).

• Les États vaincus par l'Allemagne sont également durement touchés par les violences et vivent sous la surveillance de la police politique allemande, la Gestapo, qui, avec l'aide des États collaborateurs (France de Vichy), traque les opposants et les résistants en faisant régner un climat de terreur. Les personnes soupçonnées de communisme ou d'aide à la résistance, mais aussi les Juifs, sont arrêtés. L'occupant a recours à la torture et aux exécutions sommaires pour décourager toute résistance. En cas d'attentat, ils exécutent également des otages pour faire des exemples.

Des Einsatzgruppen, unités de soldats SS avec des bataillons de police et des auxiliaires ukrainiens ou baltes, sont envoyés en Europe de l'Est pour traquer et anéantir les communistes et les Juifs: ils pratiquent des exécutions massives, les corps étant placés dans des fosses communes. L'armée allemande (la Wehrmacht) prend également part aux massacres de civils et aux destructions de villages à l'est.

• L'occupation japonaise en Asie est également très dure: des milliers de personnes sont massacrées à Nankin en septembre 1937, des prisonniers sont utilisés comme cobayes pour des tests d'armes chimiques (unité 731), des milliers de femmes sont violées et prostituées de force – 20millions de civils périront pendant la guerre en Asie.

• Enfin, la guerre, la politique de la terre brulée (en URSS), les bombardements des villes font des millions de morts et maintiennent les populations dans un état de peur permanent. Ces morts civiles s'ajoutent aux pertes militaires pour un bilan terrible: plus de 50millions de morts. La Seconde Guerre mondiale est une guerre totale d'anéantissement:pour la première fois, il y a plus de civils que de militaires tués. Les 210000 morts (estimation) provoqués par les bombes nucléaires lancées par les Américains sur Hiroshima (6 août 1945) et Nagasaki (9 août) en sont le symbole.

Le génocide des Juifs et des tziganes, le symbole d'une guerre marquée par une idéologie raciste

• En 1944, Raphaël Lemkin, un juriste juif polonais, réfugié aux États-Unis, invente le terme de ''génocide''. Il est défini dans la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, adoptée par l'Assemblée Générale des Nations-Unies, le 9 décembre 1948:

''Dans

...

Télécharger au format  txt (12.3 Kb)   pdf (131.8 Kb)   docx (13.4 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com