LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Verdun ( histoire et analyse d'une oeuvre )

Fiche : Verdun ( histoire et analyse d'une oeuvre ). Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  22 Avril 2016  •  Fiche  •  2 602 Mots (11 Pages)  •  328 Vues

Page 1 sur 11

V comme VERDUN

Le commencement :

Au début de l'année 1916 , le général allemand F. croit la France à genou.Il a préparer un plan pour son objectif : obliger la France, affaiblie à jeter ses dernière forces pour défendre cette place forte, afin de retourné contre les Anglais.

Le secteur de Verdun est choisi car il forme un saillant dans une ligne de défense allemande. En outre les français ont enlevés de cette place forte, impressionnante sur le papier, des canons et les garnissons sont dispersé sur d'autres fronts : le fort de Douaumont n'est tenu que par une poignée d'hommes . C'est aussi un accés direct à Paris . Enfin malgré les avertissement anglais , l'état major français , confiant, n'imagine pas une attaque dans cette zone.

En réalité, 170 divisions allemandes sont massé sur un front de 15 km sans que les Français ne se doute de quoi que ce soit .

Au matin du 21 février, à quelques que kilomètres de la ville de Verdun, une petite ville de Lorraine, proche du front, dans un froid glacial, le général allemand von Falkenhayn déclenche l'offensive contre la place forte française de Verdun. Sur le front de seulement 16 km , il concentre plus de 1000 canons , et de 1 million d'obus va être lancé. Un déluge de feu s'abat sur les 1eres lignes françaises. C'est le début de l'enfer de Verdun.

En quatre jours, les Allemands progressent de 10 km sur la rive droite de la Meuse et se rapprochent de Verdun. Ils croient la victoire acquise mais les poilus s'acharnent , livrant une résistance désespéré.

De mars à juillet :

Le 27 février, alors que le fort de Douaumont vient de tomber au mains des allemands, le général Joffre charge le général Pétain de reprendre en main la défense de Verdun. L'offensive allemande s 'épuise sous le feu nourri de l'artillerie française repositionnée sur la rive gauche de la Meuse. La logistique est revue et un flot ininterrompu de camions ravitaille l'armée française par la Voie sacrée.

Cette voie est emprunté chaque semaine par 90 000 hommes 50 000 tonnes de matériel. C'est l’autoroute du front, elle n'a qu'un petit train et une seule route pour les ravitailler celle qui relie la ville assiégé à Bar-le-Duc. Pour qu'elle reste impeccable 10 000 soldats la réparent en permanence !

F. surpris par cette résistance décide de « saigner l'armée française »;c'est l'application par l'absurde de la guerre d'usure.

Ainsi, de février à avril 1916 , les effectifs français passent d'environ 230 000 hommes à 584 000, l'artillerie à 1 770 pièces dont 570 lourdes. Mais les Allemands engloutissent autant de soldats et comptent 2 200 pièces (1 770 lourdes).

De mars à mai, les contre-attaque française sont peu efficace. Les allemands mènent de sanglantes offensives afin de prendre les hauteurs de la côte 304 ( du nom de son altitude. Elle ne sera + haute que de 297 mètres après la bataille.) et de la crête du Mort-Homme.

Le fort de Vaux est pris le 7 juin.

Juillet et la bataille de la Somme :

Mais à partir de juillet, les français sont soulagés par l'attaque anglaise sur la Somme qui affaiblit l’armée allemande qui est obligé de se séparer en deux et est donc moins présente à Verdun.

En octobre, commandés par le général Nivelle, les poilus se lancent dans la reconquête avec une contre-offensive. Le 21 octobre, le fort de Douaumont est repris et, mi-décembre, les positions perdues en février sont presque toutes prises.

L'effroyable bilan:

La bataille de Verdun se termine après 302 jours (10 mois) et 300 nuits de bataille acharné, cette bataille aura été plus une défaite allemande qu'une bataille française, mais son impact moral est retentissant. Que de morts pour des résultats insignifiants ! Verdun coûtera la vie à 163 000 poilus français et 143 000 soldats allemands. Près de 60 millions d'obus seront tirés, et neuf villages entièrement détruit.

Si la bataille de Verdun a tellement marqué les esprits, c'est sans doute parce que plus qu'une autre, elle a vu se déployer les techniques les + meurtrières – du pilonnage d'obus au déluge de coups de feu , sans oublier le lâcher de gaz suffocant (ici du disphogène, utilisé pour la 1ere fois).

Mais aussi les conditions atroces dans les tranchés et le rôle dans l'aviation ont changé radicalement le visage de la guerre , qui devient pleinement industrielle.

L'ossuaire de Douaumont

1/ Je présente et je décris :

- Art, Etat, et pouvoir / art de l'espace

- Les Architectes :

Simple biographie avant la construction de l'ossuaire :

Léon Azema née le 20 janvier 1888 à Alignan du Vent (Hérault). Ses parents, viticulteurs sont ruinés, ne puvent pas assumé ses études.Il monte à Paris en 1902, à 14 ans, et entre à l'Ecole Nationale Supérieure des beaux-arts comme apprenti, celui de Gaston Redon jusqu'en 1912 où il est appelé au service militaire. Gravement blessé à Charleroi en Belgique, il est fait prisonnier et restera cinq ans en captivité.

Son talent de dessinateur est apprécié par ses gêoliers (gardien de prison) qui lui fournissent ainsi qu'à ses amis du papier et des crayons. Il commence alors à songer au coucours de Rome …

Il revient en france en 1919 et réintègre l’Ecole des beaux-arts.

En 1921, Azema devient le 1er Grand Prix de Rome et part pour la Villa Médicis. Il partcipe ensuite au coucours international pour la construction du Palais de Justice du Caire (l'un des monuments els mieux préservé du Caire) : il sera le 1er lauréat. Il construira ensuite plusieurs monument à Alexandrie par exemple.

Après 3 années passées à Rome, il rentre à Paris et devient professeur aux beaux-arts. En 1923, il participe au concours pour le monument aux morts de Douaumont et sera une fois encore le 1er lauréat. Cette construction qui sera achevée en 1932, donnera des sueurs froides aux ingénieurs, persuadés qu'il était impossible d'en assurer la stabilité. Sa conception exigera une épure, pierre par pierre, épousant par la même les techniques de

...

Télécharger au format  txt (16.2 Kb)   pdf (141.9 Kb)   docx (16 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com