LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Histoire Des Batailles

Mémoires Gratuits : Histoire Des Batailles. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  16 Novembre 2011  •  8 407 Mots (34 Pages)  •  841 Vues

Page 1 sur 34

LA BATAILLE DE SEBASTOPOL

- Victorieuses sur l'Alma, les troupes britanniques et françaises, commandées respectivement par Raglan et Saint Arnaud, firent le siège de la grande forteresse de Sébastopol

- Evoquer le cadre, le déroulement et les enseignement de cette bataille.

PLAN

I/ Cadre du siège de Sébastopol

11- Le déclin de l'empire ottoman et le réveil de l'affaire des

lieux saints.

12- La formation d'une coalition anti-russe.

13- Le débarquement des alliés sur les côtes de la mer noire.

II/ Déroulement du siège de Sébastopol

21- Une mise en place des dispositifs alliés émaillée d'hésitation

et d'incertitudes.

22- Les sursauts russes manqués.

23- Renforcement des positions alliées et assaut final

III/ Les enseignements

31- L'affirmation du rôle de la flotte comme force d'intervention

32- Les exploits et les défaillances logistiques.

33- Les lacunes et erreurs tactiques.

INTRODUCTION

Sébastopol est un port situé au sud de la presqu’île de Crimée, presqu’île qui se trouve elle même au nord de la mer noire , qu’elle relie à la petite mer d’Asov au niveau du détroit de Kertch, petit port à la pointe est de la péninsule.

D’une superficie de 27.000 Km2 la Crimée est une plaine steppique produisant essentiellement du blé et des vignes. Elle est bordée au sud-est par les monts Crimée culminant à 1500 mètres et alimentant les rivières de l’Alma et de la Tchernaïa .

Principale ville de la Crimée Sébastopol est construite sur la rive sud du grand port et à l’ouest du petit port qui sont tous les deux des ports naturels .

En raison de sa position stratégique et de la configuration de ses côtes la Crimée a subi au cours de l’histoire plusieurs invasions .Les Grecs s’y établirent dès le VII° siècle Av. J.C , puis ce fut le tour des Mongols des Tatars et à partir de 1475, la Crimée est placée sous souveraineté ottomane avant d’être annexée par l’empire russe en 1783. La péninsule fait actuellement partie de l’ Ukraine.

Les différentes puissances qui ont occupé la région ont donc entrepris de fortifier la ville et le port, que les Russes ne tarderont pas à transformer en une importante base navale.

Aussi, pendant la deuxième moitié du XIX ° siècle, alors que la question d'orient désignant l'ensemble des problèmes liés aux ambitions européennes en Méditerranée orientale est à l'ordre du jour, Sébastopol va être un objectif tout désigné pour mettre un terme aux prétentions russes dans la région. Sébastopol fera donc l'objet d'un siège qui va débuter en octobre 1854 et ne prendra fin qu'en septembre de l'année suivante.

Il serait donc intéressant de s'interroger sur le cadre, le déroulement et les enseignements du célèbre siège de Sébastopol.

IDEE MAITRESSE

La volonté de la Russie de s'imposer en Méditerranée orientale au détriment de l'empire ottoman décadent, soulève l'hostilité de l'Angleterre et de la France et aboutit à une longue et coûteuse confrontation autour du port russe de Sébastopol, dont le siège par les forces alliés pendant onze mois aura été riche en enseignements, sur le plan de l'emploi des forces navales et terrestres.

PREMIERE PARTIE:

La querelle des lieux saints, déclenchée dans un contexte de déclin de l’empire ottoman, a été pour les Russes, l’occasion de faire valoir leur suprématie dans la région ce qui a soulevé l’hostilité de la France et de l’Angleterre et débouché sur la confrontation en Crimée.

L’affaire des lieux saints, un prétexte pour les Russes afin de précipiter le démantèlement de l’empire ottoman en déclin .

Amorcé depuis plusieurs siècles, le déclin de la puissance ottomane a engendré au cours de la première moitié du XIX° siècle de nouveaux rapports de force qui vont menacer sérieusement la stabilité dans la région des Balkans et de la mer noire.

La Russie de Nicolas 1er se voyait comme la puissance la mieux placée pour tirer profit de la nouvelle situation . Comptant parmi les rares puissances européennes de l’époque qui ont échappé aux mouvements révolutionnaires qui avaient secoué l’Europe en 1848, et ayant même joué un rôle important dans la répression de ces mouvements dans les pays voisins, La Russie a cru pouvoir jouer le rôle de gendarme de la région. En effet le Tsar Nicolas 1er avait le sentiment que la puissance russe était prépondérante et que par conséquent, la Russie était l’héritier légitime de l’empire ottoman décadent dans les Balkans et la région de la mer noire. Aussi, en 1853 proposa-t-il à l’Angleterre un plan de partage des dépouilles de ce qu’il qualifiait de « l’homme malade » , avant disait-il que l’éclatement ne se fasse à leurs dépens . Selon ce plan, les provinces danubiennes qui comprenaient la Moldavie , la Valachie et la Bulgarie passeraient sous protectorat russe. L’Egypte et la Crête reviendraient à l’Angleterre . Aussi, dans l’esprit du Tsar , il ne s’agissait pas d’attendre la dissolution de l’empire ottoman mais de la provoquer. La question des lieux saints en sera le prétexte idéal.

Cette affaire, avait pour origine la rivalité entre moines catholiques et moines orthodoxes pour la surveillance des églises de Bethléem et de Jérusalem. La France réclamait aux ottomans que cette garde reste comme elle l’a été traditionnellement sous la responsabilité des catholiques. Le parti catholique de France qui avait appuyé le nouveau régime de Napoléon III, était bien placé pour pousser ce dernier à l’intransigeance dans l’affaire. De l’autre côté, le Tsar Nicolas 1er , qui se posait en protecteur historique et légitime des orthodoxes voyait mal l’influence française

...

Télécharger au format  txt (51.3 Kb)   pdf (413.7 Kb)   docx (29.8 Kb)  
Voir 33 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com