LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L’image du Noir dans l’imaginaire colonial

Dissertation : L’image du Noir dans l’imaginaire colonial. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  3 Janvier 2020  •  Dissertation  •  3 329 Mots (14 Pages)  •  23 Vues

Page 1 sur 14

Plan :

Introduction

Chapitre 1 : Préjugés courants sur les Noirs

1. Les Noirs sont bêtes

2. Les Noirs sont plus forts physiquement

3. Les Noirs ont un sexe démesuré

Chapitre 2 : Les fondements de ces préjugés

1. Les Noirs sont bêtes

2. Fort physiquement

3. Sexe surdimensionné

Chapitre 3 : Arguments scientifiques, diffusion des préjugés et dénonciation du colonialisme

1. Les arguments scientifiques en faveur de ces préjugés

2. Les vecteurs de diffusion de cette image du Noir :

3. Dénonciation du colonialisme au travers de l’imagerie

Conclusion

Introduction :

Les Noirs restent malgré tout considérés comme le peuple le plus primitif des colonies. Dans l’iconographie, on a tendance à accentuer les altérités de leurs traits, insistant sur le caractère monstrueux et difforme de leur bouche, de leur nez épaté, de leurs dents. Nous présenterons dans cet exposé les préjugés qui ont permis de construire cette image du Noir, les fondements et arguments en faveur de ces préjugés, les vecteurs de diffusion et enfin, la dénonciation de cette image du Noir.

Chapitre 1 : Préjugés courants sur les Noirs

Les préjugés les plus courants que nous avons pu relever sur les Noirs sont :

• Ils ont le rythme dans la peau (danse, musique: djembé)

• Ils puent

• Ils sont plus fort physiquement, courent plus vite

• Ils ont beaucoup d’enfants

• Ils sont bruyants

• Ils sont bêtes, niais, lents à comprendre

• Ils sont pauvres mais heureux

• Ils ont un sexe démesuré

• Ils sont fainéants

• Ils sont brutaux

Nous nous sommes plus particulièrement intéressés aux trois préjugés qui suivent:

• Ils sont bêtes, niais, lents à comprendre

• Ils sont plus fort physiquement, courent plus vite

• Ils ont un sexe démesuré

Nous allons dans les parties qui suivent développer ces préjugés pour en connaître leur sens ainsi que leurs sources.

1. Les Noirs sont bêtes

Un des préjugés qui ressort le plus fréquemment est le fait que les personnes dont la couleur de peau est noire sont plus bêtes que les personnes de couleur blanche. Ils ont plus de mal à comprendre ce qu’on leur dit et mettent donc plus de temps à réaliser ce qu’on leur demande.

Une expression aussi banale que courante est : « L’instinct est animal et l’intelligence est humaine », ainsi si l’Homme noir n’est pas intelligent, par déduction logique il en vient à dire que le Noir n’est tout simplement pas Humain.

Source : on retrouve à l’époque coloniale l’origine de tout cela. N’oublions pas qu’à la base, la France colonise l’Afrique pour transmettre leurs savoirs, technique et connaissance en tout genre. On sous-entend alors que les Africains sont moins intelligents, outre le fait de les réduire à un état d’esclaves.

2. Les Noirs sont plus forts physiquement

D’autre part il semblerait que les Noirs aient un avantage physique sur les Blancs. Cela s’observe notamment à la vue de leurs performances lors de rencontres sportives internationales, où ils semblent s’imposer dans de nombreux domaines.

Le préjugé portant sur la force physique des Noirs est d’une certaine manière relié au préjugé affirmant que les noirs sont des brutes, en effet la brutalité est aggravée par la force physique de celui qui l’exerce.

Source : Ce préjugé nous vient de l’époque coloniale : réduit à l’esclavage, les Africains faisaient plus d’efforts physiques que les personnes qui les commandaient, les Blancs. Ils ont donc développé une musculature plus importante. Certains événements sportifs ont amené cette tendance : un match de boxe en 1970 entre Mohammed Ali et Joe Frazer par exemple.

3. Les Noirs ont un sexe démesuré

Enfin le préjugé qui est sans doute un des plus populaires et des plus ancré dans l’histoire consiste à penser que les hommes dont la peau est noire ont un sexe de dimensions bien supérieures à ceux des blancs. Bien que ce préjugé semble agir en la faveur des Noirs, il en est tout autre. En effet ce préjugé dénonce autre chose qu’un atout physique qui semble avantageux, puisqu’il s’agit en fait d’illustrer la bestialité de ces hommes.

Pour Griffin, les différents préjugés sur les Noirs proviennent de leur condition, « réduits à n'avoir aucune perspective et n'ayant comme seuls plaisirs que ceux du corps ». La sexualité du Noir est un préjugé qui frise l'obsession.

Ce préjugé de la bestialité de la sexualité des Noirs est souvent illustré, par un propos, qui consiste à affirmer que le virus du SIDA est apparu chez l’Homme à cause des Noirs, qui auraient eu des rapports sexuels avec des singes. Ainsi les hommes à la peau noir n’ont aucune raison de se vanter de cette idée reçue, de plus elle est également très souvent expliquée par le fait que cette grosseur entraîne l’atrophie d’un autre organe, plus fondamental : le cerveau, renouant ainsi avec le cliché du Noir stupide. En outre le parallèle peut être fait sur les femmes noires, avec l’histoire de la Vénus Hottentote, une esclave africaine emmenée au XIXème siècle en Angleterre pour y être

...

Télécharger au format  txt (21.1 Kb)   pdf (64 Kb)   docx (18.7 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com