LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La lisibilité dans l'art

Dissertation : La lisibilité dans l'art. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  9 Décembre 2017  •  Dissertation  •  989 Mots (4 Pages)  •  743 Vues

Page 1 sur 4

La lisibilité

La lisibilité est un élément fondamental dans une composition graphique et typographique, que ce soit pour sa compréhension, permettant un accès facile à l’information et renforçant l’immédiateté de tout message visuel. La lisibilité permet également d’accroître l’impact visuel sur le spectateur. La lisibilité est transgénérationnelle, elle a influencé les artistes depuis l’origine de l’Homme jusqu’à aujourd’hui et ce dans tous les domaines artistiques tels que l’architecture, le graphisme, la typographie, etc… Dans cette analyse, nous nous appuierons sur les trois documents proposés : l’acrylique sur toile « 8-Bit Mona Lisa » datant de 2010 et réalisé par Alex Schaefer, puis l’affiche typographique de l’imprimerie John Procter de Hartlepool réalisé en 1855 et enfin l'œuvre de Wes Wilson, une affiche pour Captain Beffhart & His Magic Band datée de 1966. Ces 3 documents, nous permettrons d’évoquer comment la lisibilité est employée dans un but fonctionnelle, mais aussi esthétique. Tout d’abord, nous verrons que la lisibilité traduit une notion fonctionnelle, puis nous nous pencherons ensuite vers la notion esthétique qu’elle peut dégager dans les 3 documents.

La gestion de la lisibilité dans une œuvre peut-être avant tout fonctionnelle. Elle peut en effet permettre de mettre en évidence certains éléments ou encore de diriger le regard du spectateur. Prenons l’exemple du document 2, l’affiche typographique « Grand Ventriloqual Evening » où la lisibilité est pour moi employée dans un but fonctionnelle. Dans cette affiche pour un spectacle de ventriloquie, on peut remarquer qu’il y a un jeu typographique, une variation des tailles, des graisses ou encore des styles. On retrouve des typographie à empattements, linéales, ou encore des caractères ornés. Le regard du spectateur est dirigé vers trois parties plus lisibles que le reste de l’affiche. Le premier tiers, en haut, est la date et le lieu de l’évènement, le second tiers, au milieu est le nom de l’artiste. Et enfin, le troisième tiers en bas est le thème du spectacle. Ce sont les trois éléments les plus importants de l’affiche. Le fait que ceux-ci soient en caractère gras et doté d’une taille de corps plus grande leur permet d’avoir une meilleure lisibilité. Ainsi, l’accès à l’information est immédiat.

Le document 1 «  8-Bit Mona Lisa » est une représentation de « La Joconde » peinte par Léonard De Vinci en pixel 8-bit. Cette peinture prend le parti-pris d’utiliser l’illisible pour traduire le lisible. En effet notre inconscient translate cette mosaïque de couleur qui nous parait illisible et flou en forme quand on s’éloigne. C’est l’inconscient du spectateur, qui permet de voir l’œuvre original. Ici, la lisibilité est donc fonctionnelle, car elle nous permet décrypter une œuvre. On peut prendre l’exemple du pointillisme, qui empreinte aussi cette fonctionnalité. C’est une technique picturale inventée par George Seurat à la fin du XIXe siècle. Elle consiste à utilisé des petites touche de couleurs plutôt que des aplats. Lorsque le tableau est regardé à une certaine distance, les points de couleur ne peuvent être distingués les uns des autres et se fondent optiquement les uns aux autres. L'aspect visuel obtenu est différent de celui obtenu en mélangeant des couleurs sur une palette et en les appliquant ensuite sur la toile.

...

Télécharger au format  txt (6.5 Kb)   pdf (80 Kb)   docx (298.4 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com