LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Comment les arts dénoncent t-ils la ségrégation aux États-Unis au XXe siècle ?

Dissertation : Comment les arts dénoncent t-ils la ségrégation aux États-Unis au XXe siècle ?. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  28 Octobre 2015  •  Dissertation  •  2 762 Mots (12 Pages)  •  1 213 Vues

Page 1 sur 12

NOM Prénom

3ème

 

 HISTOIRE

 DES ARTS

Comment les arts dénoncent t-ils la ségrégation aux États-Unis au XXe siècle ?

Arts, états et pouvoirs

Sommaire

  1.           The problem we all live with – Norman ROCKWELL
  • Courte biographie de l'auteur
  • Analyse de l’œuvre
  • Contexte historique
  1.           La couleur des sentiments – Tate TAYLOR
  • Courte biographie de l'auteur
  • Résumé du livre
  • Analyse de l’œuvre
  1.           Black or white – Michael JACKSON
  • Courte biographie de l'auteur
  • Traduction en français
  • Analyse de l’œuvre/Message de l’œuvre
  1.           Angela – Yannick Noah  
  • Courte biographie de l'auteur
  • Paroles
  • Contexte de l’œuvre/Message et but de l’œuvre
  1.         Conclusion

The problem we all live with – Norman ROCKWELL

Arts du Visuel

  • Courte biographie de l'auteur

Norman Rockwell était un illustrateur américain né à New York en 1894 et mort en 1978.

Peintre naturaliste de la vie américaine du XXe siècle, il illustre de 1916 à 1960 les couvertures du magasine Saturday Evening Post.  

À la fin des années 60, il travaille pour « Look » (une revue)

The problem we all live with que l'on peut traduire par le  problème avec lequel nous vivons tous est une peinture sur toile crée par ROCKWELL parue dans le magasine « Look » en 1964. . L’œuvre est visible au Norman ROCKWELL Museum, dans le Massachusetts.

[pic 1]

  • Analyse de l’œuvre

 

On voit une petite fille noire escortée par 4 marshalls, elle attire notre regard au centre du tableau. L'enfant est mise en valeur par sa petite taille, contrastant avec celle des marshalls. La fillette tient des affaires d'école, elle a l'air déterminée. On peut voir de l'innocence grâce au blanc de sa robe qui est symbole de paix.

Sur les côtés, on voit 4 hommes vêtus de costumes. Ils encadrent la petite fille on peut en déduire qu'ils sont des gardes du corps, ils l'emmène à l'école, car bien que la loi fédérale vienne de mettre fin à la ségrégation dans les écoles, les parents des enfants blancs ont du mal à accepter cette règle. Les marshalls incarnent donc la loi.

On ne voit pas leurs visages, car le peintre veut attirer les regards vers l'enfant.

Enfin, à l'arrière-plan sur le mur, on voit une insulte raciale, le terme « nigger » que l'on peut traduire par négro renvoyant à l'esclavage. Les traces laissées par les tomates lancées par les manifestants opposés à l'arrivée de Ruby et les initiales Ku Klux Klan à gauche évoquent racisme, violence, et lynchage.

On voit très bien le problème que soulève ce tableau, il dénonce ici les préjugés qui faisaient encore rage dans les années 60. On peut en effet penser que nous nous tenons parmi les manifestants, ce qui nous met dans une position assez inconfortable.

  • Contexte historique

Il figure ici une scène d'actualité : en 1960, Ruby BRIDGES devint la 1er enfant afro-américaine à intégrer une école blanche en Louisiane. A cause de l'opposition des blancs, elle avait donc besoin de la protection des marshalls.

Cette image témoigne de la difficulté d'imposer la déségrégation à un sud blanc qui n'en veut pas.

En effet, les lois ségrégationnistes sont mises en place en 1876 imposant aux gens de couleur des services publiques « séparés mais égaux ».

Ce tableau qui est devenu un symbole de la lutte des afro-américaines aux États- Unis a surpris

le public de Norman.

Cette œuvre est un engagement majeur de ROCKWELL car dans les années 60 le combat pour l’égalité entre blancs et noirs faisaient rage et a révélé au monde des personnalités comme Rosa Parks ou encore Martin Luther King Jr. Norman en peignant « The problem we all live with » ne se doutait peut-être pas qu'il peignait une œuvre majeure du combat en faveur des Noirs.

La couleur des sentiments – Tate TAYLOR

Art du Langage

[pic 2]

  • Courte biographie de l'auteur

Taylor est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur américain, né le 3 juin 1969, à Jackson (Mississippi).

La Couleur des sentiments est un film dramatique américain écrit et réalisé par Tate, d'après le roman de Kathryn STOCKETT.

  • Résumé du livre

Dans les années 60, Aibileen et  Minny, toutes deux domestique noire, avec

« Skeeter », jeune femme blanche, racontent leur existence à Jackson (Mississippi).

Skeeter, est amenée à prendre ses distances envers les attitudes discriminantes des siens, en donnant la parole aux bonnes noires, or dans cet état les relations entre Blancs et Noirs étaient punies par la loi. Elle entraîne une douzaine d'entre elles dans un projet de rédaction d'un livre de témoignages.

  • Analyse de l’œuvre

Le passage ci-dessous est important, car il soulève les problèmes de la ségrégation.

1er passage → Les toilettes, symbole de la ségrégation :

Les toilettes sont un thème récurrent dans le film de Tate.

Cela permet d'apporter un élément comique mais aussi d’illustrer la question de la ségrégation.

Tout commence lorsque Elizabeth (femme blanche) se rend compte qu’Hilly (femme blanche) se retient d’aller aux toilettes chez elle. La mère d'Hilly, intervient brutalement en expliquant que sa fille refuse d’utiliser les toilettes qu’une « nègre » (Aibileen) utilise également.

...

Télécharger au format  txt (17.3 Kb)   pdf (327.8 Kb)   docx (614.5 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com