LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse comparative: pietro perugino, la remise des clefs et george grosz, la grande ville

Mémoire : Analyse comparative: pietro perugino, la remise des clefs et george grosz, la grande ville. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  28 Février 2013  •  510 Mots (3 Pages)  •  462 Vues

Page 1 sur 3

II) Les phases d’analyse plastique comparative

• Pôle compositionnel

La remise des clefs La grande ville

Format Format rectangulaire simple 300x200 ”

103x105

Cadrage Vue d’ensemble

(Leger effet d’éloignement) “

Composition Sur l’axe vertical central, deux éléments au centre de la composition. Au premier plan, la remise des clefs. Au second, l’entrée de la chapelle Sixtine. De part et d’autre de la scène de la remise des clefs, deux groupes compactes de personnages. De la même manière quelque part, la chapelle Sixtine est « encadrée » par deux monuments, moins complexes. Entre ces deux plans, des personnages se trouvent sur la place. Sur l’axe vertical central, l’ « arrête » formée par le bâtiment central au croisement de deux rues. Elle est prolongée par un lampadaire. L’organisation de l’espace est compréhensible mais reste confuse, de par un jeu de perspective/géométrie, qui donne de la profondeur tout en évoquant un désordre chronique qui s’organise autour de l’angle formé par le bâtiment principal à deux points de fuites.

• Pôle narratif

La remise des clefs La grande ville

Spatialité L’espace est clairement définît, en particulier grâce à l’utilisation des règles de perspective (point de fuite) mais aussi de par la clarté de l’espace, des formes etc.

Les personnages apparaissent sur trois plans et sont de plus en plus petits, donnant un effet de perspective efficace. On peut dire que les personnages n’apparaissent pas de façon très naturelle, ils semblent se regrouper en 3 lignes très distinctes. L’espace est désorganisé et mathématiquement impossible. La perspective est utilisée (bâtiment principal) mais de façon incohérente. Les détails sont nombreux et donnent un sentiment de désordre, d’oppression. Les nombreux personnages du second plan se fondent dans les lignes de fuite, donnant une impression de vitesse, de déversement. Au premier plan on a un gros plan sur une partie de la foule, mais qui n’est pas rattachée à un élément urbain.

Personnages Ici les personnages sont assez réalistes, délicats, il y a un travail sur les drapés, et les personnages ne sont pas figés Ici les personnages sont plus complexes, très personnalisés. Ceux de l’arrière plan sont suggérés, dans des postures peu probables, peu stables. Il forment une masse qui se déverse sur le trottoir. Au premier plan, on peut apprécier tout la complexité des personnages, très plats et surréalistes, les visages sont monstrueux et effrayant, les corps distordus et difformes s’entremêlent pour former une masse inquiétante.

Rapport des personnages avec le spectateur Les pieds des personnages étant au niveau du bas de la toile, selon le positionnement de l’œuvre, on peut supposer que le spectateur se sent relativement proche des personnages du premier plan, d’autant plus qu’on remarque deux personnages admoniteurs parmi le groupe de droite. Ici on ne se sent pas proche des personnages, leur apparence n’est presque plus humaine, on ne discerne

...

Télécharger au format  txt (3.6 Kb)   pdf (61.7 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com