LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La conscience d'autrui

Commentaire de texte : La conscience d'autrui. Recherche parmi 248 000+ dissertations

Par   •  5 Mars 2020  •  Commentaire de texte  •  2 333 Mots (10 Pages)  •  57 Vues

Page 1 sur 10

Nous savons que nous sommes présent, que nous sommes nous et pas un autre par la présence de nos pensée et de nos actions. on suppose être conscient de notre conscience par le fait que nous utilisons souvent la première personne. La reconnaissance de nous même nous qualifie. Le fait de désirer, d'agir et d'anticiper montre notre relation au monde. Ces relations nous montre d'un point de vu extérieur que nous ne sommes pas seuls. Si le terme "je suis" implique la présence d'une conscience, une autre personne qui utiliserait le terme "je suis" aurait une conscience. Nous avons la plupart du temps un contact avec le monde extérieur, le monde extérieur implique le contact avec le vivant, le regard des autres et mon regard, cela nous prouve que l'autre est comme moi donc autrui est un autre moi, une autre conscience de soi. Mais à ce stade nous sommes seuls d'un point de vu intérieur et personne n'a accès a notre conscience. Comme je suis seuls dans ma penser je suis le seuls qui peut me connaître. me connaître influent sur ma prise de décisions et ma prise de conscience. Mais le fait de nous connaître suffirait pour prétendre être conscient de soi? Autrui est-il nécessaire? nous verrons qu'on peut être conscient de soi sans l'intervention d'autrui, puis nous affirmerons qu'autrui est essentiel a la construction de notre conscience

Nous sommes constamment renvoyer à nous des lors que nous sommes seuls, que nous nous remettons en questions, nous sommes renvoyer par cela a notre propre conscience. L'homme est en effet capable de rapporter a lui ce qui ce passe par le terme "je" on parle la de conscience psychologique. La seul conscience dont on peut faire expérience est la notre a partir du moment ou nous pensons.

J'ai seulement la certitude de ma propre conscience comme preuve que j'existe.

Mais comment se connaître réellement, on peut s’interroger sur l’isolement, on dit souvent que pour prendre conscience de soi il faudrait s’isoler et réfléchir ce renvoyer a soi même, entrer en soi et ne penser qu’a nos actes. par le fait de rejeter tout ce qui nous entoure, on procède à isolement mental. Il reste néanmoins difficile de se juger soi-même sans actes venant de l’extérieur.

La conscience n’est présente qu’a nous d’après ce que l’on sais donc nous exerçons un travail sur nous même dans notre esprit et rien ne peut y entrer. Mais par analogie on sait que les autres humain sont conscient par nos ressemblance physique nous visionnons le corps des autres et pas leurs esprits nous savons autre que par le visionnement direct que l'humain est doter d'un cerveau donc d'une conscience même si certains être-vivant on un cerveau mais pas forcement une conscience la encore nous n'en savons rien. Là il n’est question que de nous et personne me donne la certitude sur moi-même si lui-même n’est pas une certitude existentielle

Descartes tente de démontrer cette hypothèse dans les "méditation métaphysique". D'après le cogito cartésien (je pense donc je suis) il n'est qu'a première vu question que de soi. pour nous donner la certitude de notre existence on devrai se mettre a douter volontairement pour établir la vérité, l'objectif est de sortir du doute avec le doute sceptique, Descartes parle de doutes méthodique. Pour mettre en œuvre ce doute il faut mettre en œuvre le doute radical, c'est-a-dire que rien ne doit échapper a ce doute même ce qui nous semble vrai. il va alors s'interroger sur autrui, si ce personnage était un malin génie qui me fait croire que j'existe alors que je n'existe pas , il pourrai alors m'apporter de fausses information sur moi même, il pourrai me faire croire que j'ai un corps alors qu' je n'en ai pas. Ce cogito nous montre qu'on peut réfléchir sur soi-même, que la seule vérité va découler de moi et pas de quelqu'un d'autre. On peut donc se connaître en s'interrogeant grâce au doute que nous démontre Descartes, plus je me désigne par le "je" plus je suis moi-même entrain de me dire que j'existe sans même l'intervention d'autrui. Descartes admet la position du solipsisme du fait que le moi est la seul réalité indépendante de toute choses, c'est la séparation du moi a la réalité du moi. il n'y aurait de certitude que pour sois afin de connaître réellement.

Dans le cas du rêve, on pourrait se demander si nous pouvons constamment être dans un rêve personne nous le prouve autrui ferai donc peut-être partie du rêve, la composition de ce rêve serai de plus une sorte de chimère, une organisation absurde d'élément qui n'existe pas ailleurs. La conscience à cette capacité qu'elle prouve son existence par sa seule présence. De même nous n'avons aucune preuve qu'autrui est une conscience si ce n'est que par la similarité corporelle, la présence d'autrui n'est que visuel. Selon Descartes on pourrai même douter de nos sens dont la vision, il fait allusion au illusion d'optique qui elle nous trompe, donc la vision en générale pourrai être un illusion d'optique? il part du principe que si nos sens nous trompe tout ce qui nous informe est douteux la encore il n'y a de confiance que sur la certitude de notre conscience pour prendre conscience de soi. La vérité est objectif mais Descartes en fait quelque chose de subjectif, il est paradoxal de fondée la vérité sur la subjectivité, autrui ne serait pas donc pas présent et ferai parti de ce que je peut remettre en question dans le cas de la prise de conscience de soi-même.

Cependant, la conscience de sois serai vide sans objets venant de l'extérieur nous n'habitons pas que dans notre conscience, nous sommes ouvert au monde extérieur, il y'a dans notre consciences des pensé qui représente autre chose que moi-même.

En effets, nous nous referons depuis le début de notre apprentissage au actions des autres, nous imitons la culture de nos proches: s'habiller inclus l'imitation d'autre personnes qui s'habille, de même ayant un style particulier est crée par notre vécu et de ce qu'on a pu voir des autres pour s‘en inspiré. l'extérieur nous oblige à nous découvrir, rien que par le rêve, certes le rêve organise des éléments de façon absurde mais il est aussi constitué d'élément qui ne s'invente pas, il est constitué de chose déjà vu, comme si par exemple nous rêvons d'un lion, le lion existe déjà, le rêveurs n'invente pas la nature corporelle et son étendu (les objets matérielle) il n'invente

...

Télécharger au format  txt (13.4 Kb)   pdf (45.6 Kb)   docx (12 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com