LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'art nous éloigne-t-il de la réalité ?

Dissertation : L'art nous éloigne-t-il de la réalité ?. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  27 Novembre 2018  •  Dissertation  •  2 218 Mots (9 Pages)  •  5 236 Vues

Page 1 sur 9

L’art nous éloigne-t-il de la réalité ?

Créativité, art, beauté, culture universelle, originalité. L’art est une activité créatrice qui relève de l’Homme, de la culture, au sens où elle s’oppose à la nature, aux animaux. C’est une activité qui consiste à créer de belles œuvres, qui sont admirables et qui vise par la suite à produire un désir esthétique et qui donne à penser à réfléchir. L’art c’est les beaux-arts mais pas dans le sens de la cuisine, c’est l’utile qui s’oppose au beau.

L’art et la réalité est ce qui nous environne, nous entoure ou ce qui existe, ce qui fait le monde, la société, la nature, les choses réelles existantes qui s’opposent aux choses irréelles donc l’imaginaire s’oppose à la réalité qui s’oppose aussi à l’illusion en apparence. C’est un accord de l’esprit avec le réel, de ce qu’on appelle la vérité. La réalité c’est ce qui est où ce qu’on perçoit ? Comment accède-t-on à la réalité ? Comment sait-on que quelque chose est réel, qu’il existe vraiment ? Est-ce par la raison ou par les sens ? Comment peut-on distinguer l’apparence de la réalité ?  Il faut probablement s’aider de notre perception, de notre imagination ainsi que de notre raison.

La réalité et l’art sont-ils si éloignés l’un de l’autre ? L’art nous éloigne-t-il de la réalité ? Quel est le rapport entre l’art et la réalité ? Il y a-t-il un éloignement ? Il est vrai que s’éloigner s’oppose à se rapprocher. L’art nous éloigne où nous rapproche ? C’est comme se demander si c’est loin ou si c’est proche ? Quelle est la nature de ce rapport, entre l’art et la réalité ? Est-ce qu’il nous sépare, nous cache la réalité ? Est-ce que l’art est vérité ou illusion ? Ou l’art n’est que mensonge ? Si l’art nous éloigne de la réalité, c’est qu’il est nuisible, donc il faut s’en détourner. Faut-il donc se détourner, se méfier de l’art ? Mais est ce bon de s’éloigner de la réalité ? L’idée que l’art serait une rêverie mensongère et dangereuse contrairement à la science. L’art consiste à planer, à rêver puisque les artistes sont des rêveurs, ils sont « perchés ».

L’art en tant que pratique, de création d’une œuvre, est une modification de la réalité, on donne forme à une matière, on la transforme. Une œuvre d’art est indépendante de la réalité, puisqu’elle relève de la figuration. C’est un domaine parallèle de ce qui existe. C’est toujours une interprétation de la part de l’artiste, il n’y a pas d’objectivité, d’immédiateté. Par exemple, l’architecture, la sculpture, la peinture, un poème, un dessin, un morceau de musique, un film : ce sont l’expression d’un esprit humain. Ce sont des représentations, des images, des constructions qui ne se trouvent pas dans la réalité, qui ne s’observent pas immédiatement dans la réalité. Une œuvre d’art est toujours parallèle au réel, à tout ce qui existe, ce n’est jamais une chose réelle mais toujours une interprétation subjective et non objective.

Le paradoxe, c’est qu’une œuvre d’art s’inscrit dans le réel, elle en fait partie elle-même et c’est certainement ce qu’il y a de plus réel, la réalité absolument, l’éternel, l’universel, l’art est peut-être la seule réalité durable, qui résiste au temps, comme nous avons pu le voir avec Ana Harent. L’art constitue peut-être la réalité la plus forte mais aussi dans un sens, l’art fait partie de la réalité, il constitue notre monde comme l’architecture, la musique, la poésie que l’on apprend à l’école, la peinture. Nous vivons dans un monde d’image, c’est notre réalité. L’œuvre d’art est une chose matérielle qui s’abime. L’artiste n’est pas juste quelqu’un qui veut réaliser des choses mais il veut créer, l’artiste n’est pas un rêveur mais un créateur, il faut rendre un projet, créer une œuvre. La véritable réalité n’est pas fugace, elle est consistante. La réalité de la culture, l’art réalise la culture cependant, il n’y a pas d’Homme sans arts puisque l’art constitue une réalité essentielle, indispensable, incontournable, une extériorité qui constitue, réalise la société qui nous rassemble. Lorsque nous admirons la beauté d’une œuvre, nous nous réunissons, nous partageons le sentiment de la beauté, les gens se rassemblent au musée pour y admirer la beauté. Si le monde est image, l’art doit construire la réalité, faire exister de manière visible la réalité, l’architecture, le design, les arts appliqués, la mode, la photographie, ce sont des arts qui, peut-être plus que les autres, doivent construire notre réalité spatiale, nos villes, nos rues etc.… L’art doit transformer la réalité urbaine et rendre les gens plus heureux. L’art c’est la création d’une réalité matérielle, c’est aussi créer des réalités immortelles que nous voulons préserver, ce qu’on garde des égyptiens aujourd’hui, se sont leurs arts avec les pyramides. L’artiste ne se contente jamais de la réalité, c’est-à-dire de la réalité sociale, de l’ordre établi, des rapports sociaux, économiques, l’artiste est bien un Homme d’exception puisqu’il s’oppose deux fois plus à la réalité.

Au nom d’un idéal, d’un monde spirituel, divin, l’artiste est au service de valeurs morales, politiques, religieuses, il s’oppose au réel et à un monde moral. L’art doit instruire, être au service de la raison, donner à penser. Par exemple, l’art renforce la foi, elle l’entretien, renforce le prestige des rois, des princes, de la grandeur du pouvoir. L’art est aspiration à l’idéal face à une réalité basse, décevante, la réalité humaine et l’idéal divin. La cathédrale est un lieu où l’Homme se dépasse, où il prit. Grosso-modo, la réalité s’exerce avec de passions, l’art est une sorte de conversion. Mais heureusement que l’art nous éloigne de la réalité puisque l’Homme doit tendre vers une vie meilleure, un monde meilleure et l’art y participe.

L’art s’oppose à la réalité, à l’imaginaire, c’est-à-dire une fantaisie subjective, une rêverie personnelle, propre à chaque artiste, à un monde extérieur, libre, désintéressé, détaché, des contraintes du réel, l’art est inspiration, imagination, liberté créatrice. L’art s’oppose au travail technique, aux sciences, à la technologie, c’est une pratique culturelle tout à fait singulière. Ce n’est ni un travailleur ni un technicien, il ne produit pas des objets de consommations. L’artiste, et donc l’art nous permet de fuir, de nous évader de la réalité quotidienne, de ce qu’on vit tous les jours, des contraintes, des interdits alors que l’art est la liberté absolue, l’art nous affranchie de la nature et de la société, de l’apesanteur, de l’inertie d’une part et de l’intérêt de la performance d’autre part. L’art est vie, liberté, élan, soulèvement, dépassement, euphorie, ivresse. Qu’est-ce que c’est que danser, écouter la musique ? Sinon dans une ivresse de légèreté. Sans arts nous sommes morts, nous n’avons pas de vie. Le danseur, l’architecture essaient de l’élever, l’art est une sorte de grâce qui essaie de nous élever, la création, l’admiration sont libres, par l’art comme délivrés, disons de la question : A quoi ça sert ? Est-ce que c’est utile ? De notre condition vitale qui consiste à être soumis à nos besoins. L’art est légèreté.

...

Télécharger au format  txt (14.2 Kb)   pdf (51.8 Kb)   docx (14.3 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com