LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La naissance de l'Etat-providence

Dissertation : La naissance de l'Etat-providence. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  7 Mai 2018  •  Dissertation  •  2 614 Mots (11 Pages)  •  204 Vues

Page 1 sur 11

Journaliste Cédric Pietralunga et Bastien Bonnefous :

« Vous avez fait du revenu universel un axe fort de votre projet. Pourquoi ?

La question n’est pas de savoir s’il y aura un jour un revenu universel, il y en aura un. C’est la nouvelle protection sociale. Ceux qui prétendent que c’est irréalisable disaient la même chose quand on a voulu mettre en place le RMI ou la Sécurité sociale. La seule question, c’est quel revenu universel sera mis en place dans les années à venir en France. » Source : article Le Monde du 04.01.2017

Hamon : campagne de la primaire et présidentielle → revenue de base/universel

·             Revenu universel : allocation versée chaque mois à tous les citoyens français sans condition d’âge ou de revenu

·             Seulement, l’idée d’un revenu de base n’est pas nouvelle : depuis les Poor Law en GB 16ème s.

·             Mais au delà du revenu de base, l’idée selon laquelle l’Etat doit assurer le bien être de ses citoyens est une idée qui n’a pas toujours existé

·             Etat qui prend en charge la question sociale --> Etat Providence

Définition QS :

L'expression de question sociale désigne l'état d'interrogation profonde – sinon de désarroi – dans lequel se trouvent plongés les politiques, moralistes, intellectuels, et citoyens de tous bords, confrontés aux problèmes liés à la transformation radicale du travail à la suite de la révolution industrielle.

Définition EP :

L'État-providence est une forme adoptée par certains États qui se dotent de larges compétences réglementaires, économiques et sociales en vue d'assurer une panoplie plus ou moins étendue de fonctions sociales au bénéfice de ses citoyens. Cette forme d'État s'affranchit de la conception libérale d'un État limité à des fonctions d'ordre public et de sécurité.

En clair, c’est un Etat pour qui le « social » est une catégorie d’action publique

Définition AP :

Vincent Dubois : On peut définir l’action publique comme l’ensemble des relations, des pratiques et des représentations qui concourent à la production politiquement légitimée de modes de régulation des rapports sociaux.

Les régimes de l’EP (typologie G. Esping-Andersen)

Le modèle universaliste de l'Etat providence (ou social-démocrate) assure à  l'ensemble de la population un niveau de protection sociale élevé financé par l'impôt. Le modèle libéral ou résiduel de l'Etat providence assure un faible niveau de protection sociale souvent réservé aux plus pauvres et financé par l'impôt. Le modèle corporatiste ou « conservateur » assure une protection sociale aux individus ayant cotisé, donc travaillé.

La naissance de l’État-providence marque la rupture avec la conception libérale de l’État comme État gendarme. L’État gendarme accorde un rôle minimal à l’État ; en revanche, l’État-providence donne à l’État un rôle important dans la vie sociale et économique au nom d’impératifs sociaux. Aujourd’hui, le terme peut être pris dans deux sens :

·             Au sens large, adopté par ceux qui critiquent la place trop importante prise par l’État, la notion désigne l’État interventionniste qui s’institutionnalise après la Seconde Guerre mondiale.

·             Au sens restreint, que nous adoptons ici, l’État-providence est celui qui intervient pour assurer la prise en charge collective des fonctions de solidarité

La question sociale n’a pas été naturellement prise en charge par les Etats modernes. Il a fallu un long processus de légitimation.

Comment la prise en charge de la question sociale par l'Etat s'est-elle progressivement imposée comme nouvelle catégorie d'action publique ?

  1. La naissance de la question sociale.

A. Un contexte économique et social déterminant dans l'émergence d'une action sociale d'Etat.

La fin du XVIII ème siècle voit se dessiner en Angleterre ce qu'on appelle ajd « la Première Industrialisation ». Deux phénomènes peuvent expliquer ce processus. D'une part, l'élaboration et la diffusion du paradigme libéral d'Adam Smith, et d'autre part le renforcement et la structuration des classes bourgeoises des pays d'Europe Occidentale, grandes victorieuses du XVIII ème siècle (avec par exemple la Révolution bourgeoise de 1789 en France). La bourgeoisie entreprend la construction de grandes manufactures avec pour objectif l'augmentation de la production.

Pour assurer ce nouvel objectif de production de masse, un grand nombre de travailleurs sont mobilisés en ville → exode rurale. Cette urbanisation sonne le glas de la constitution de la classe ouvrière. Face à cette extension sans précédent de la condition salariale, on voit s'opérer une organisation et une structuration de la classe ouvrière en syndicats par exemple. De nouvelles revendications (surtout matérielles) apparaissent, elles visent pour la plupart à améliorer les conditions de travail. La condition salariale est en effet trop souvent synonyme de précarité et de vulnérabilité.

A l'initiative des syndicats, on voit s'opérer la création des premières mutuelles (caisses où si on cotise on a accès à une protection en cas de risque). De plus, tjs à l'initiative des syndicats, les premières grèves et révoltes ouvrières font leur apparition. Enfin, la diffusion des idéologies marxistes par les syndicats représente une menace pour le projet libéral.

C'est donc face à ces nouveaux risques que les patrons se voient obligés de demander à l'Etat de se saisir de ce qu'on appelle ajd la question sociale. Développement de la notion de risque social en opposition à la conception antérieure qui considérait les risques comme relevant de la responsabilité individuelle (même la maladie). Développement du concept de propriété sociale cad la responsabilité de l'Etat à assurer la sécurité à l'ensemble de la communauté.

C’est donc sur cette question de la prise en charge de la question sociale par l’Etat que naissent de nombreux débats.

B. Luttes théoriques (Clémence)

A cette époque, il y a deux principaux courants de pensées économiques et politiques concurrents : les libéraux et les interventionnistes.

Pour les capitalistes néo-libéraux comme Adam smith, le marché est auto-régulateur et permettrait de mettre fin aux inégalités et aux classes sociales. Pour eux l’État ne doit donc pas intervenir pour ne pas entraver le marché et le dérégler.

...

Télécharger au format  txt (16.9 Kb)   pdf (134.5 Kb)   docx (579.1 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com