LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

SAM 4400 histoire de cas

Étude de cas : SAM 4400 histoire de cas. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  5 Juin 2019  •  Étude de cas  •  2 410 Mots (10 Pages)  •  196 Vues

Page 1 sur 10

Cas choisi : #3. Cinquante-deux ans (Nestor)

1. Diagnostic. De nombreux travailleurs vivent mal le début de la retraite, quelles en sont les causes?

Plusieurs causes peuvent être à l’origine des difficultés des travailleurs à vivre leur retraite. Tout d’abord la retraite se vit de plus en plus tôt dans la vie des travailleurs. En effet, «la vie s’allonge, mais la vie au travail s’est beaucoup raccourcie», comme le mentionne Lagacé (Lagacé, 2007). Les travailleurs sont catégorisés comme vieillissant lorsqu’il atteignent 45 ans, les retraites forcées arrivent alors beaucoup plus tôt en raison du contexte de chômage dans la vie de travail. Cela a pour conséquence de créer beaucoup d’inquiétude chez les travailleurs vieillissants par rapport à la venue d’une retraite forcée. Plusieurs travailleurs vivent donc leur retraite plus précocement dans leur carrière et n’y sont donc pas dû tout préparer. Ainsi, ces travailleurs peuvent développer des troubles psychiques reliés à une retraite non planifiée. En effet, l’une des principales cause de trouble de santé mentale suite à la retraite est associée à la position du travailleur face à la retraite, c’est-à-dire que la retraite doit être un choix assumé par le travailleur afin d’avoir le plus de chance de bien être vécue (Lagacé, 2007). En contre parti, si la retraite est forcée par un élément extérieur et qu’elle ne consiste pas en une décision assumée par le travailleur, la retraite risque d’être mal vécue par le travailleur et a plus de chance d’engendrer des troubles de santé mentale comme la dépression (Lagacé, 2007).

En plus, certains travailleurs peuvent vivre l’arrêt du travail rémunéré comme le passage a un vide essentiel (Lagacé, 2007). En effet, en perdant leur travail, un vide identitaire se crée chez certains travailleurs. La perte d’identité est difficile à vivre et engendre des difficultés d’acceptation d’une nouvelle réalité, ce qui peut être vécu péniblement. C’est pourquoi plusieurs travailleurs retournent en emploi suite à une première retraite.

Aussi, la perte de contacts sociaux (collègues) associés au travail peut être difficilement vécu par les travailleurs (Lagacé, 2007). La retraite engendre nécessairement une coupure avec le monde du travail, les liens affectifs avec les gens encore dans ce monde s’en trouvent donc affectés, ce qui peut être une source de souffrance vécue par les nouveaux retraités.

Ensuite, la retraite signifie la cessation de travailler, une activité des plus importante dans la vie d’une personne et qui prend une majorité du temps dans un horaire. L’activité étant essentiel à la santé, certains travailleurs se retrouvent face à une diminution importante du niveau d’activité quotidien, ce qui peut engendrer l’ennui et une perte de sens dans les activités de la vie courante, ce qui peut être très mal vécu par les nouveaux retraités (Lagacé, 2007).

De plus, il est important de mentionné qu’une partie importante de comment se vit la retraite est selon moi associée à comment le travailleur perçoit son travail, c’est-à-dire l’attachement ressenti par celui-ci envers son travail. Un travailleurs qui est employé par le même employeur depuis plusieurs années, qui est passionné par son travail et qui lui donne un sens important, sera plus affecté par le passage à la retraite, qu’un travailleur qui n’attendait que la fin de la période de travail ou qui n’a jamais ressenti un lien fort entre lui et son travail.

En lien avec ce qui vient d’être mentionné, la façon dont le travailleur perçoit sa retraite avant même de la prendre va avoir un grand impact sur la façon dont elle va être réellement vécue (Lagacé, 2007). En effet, si un travailleur perçoit négativement sa retraite, il y a plus de chance qu’elle ne soit pas bien vécue réellement.

Pour faire suite, l’état de santé, la situation financière et la situation familiale sont tous des facteurs qui influence l’appréciation de la retraite (Lagacé, 2007). En effet, si le travailleur souffre d’un état de santé déjà précaire, une retraite pourrait être perçue comme la bienvenue, car le travailleur n’est plus en mesure de faire son travail comme avant, ou au contraire pourrait être mal perçue, car le travailleur va avoir l’impression d’être mis à la retraite pour un problème de santé, cause qu’il ne considère pas comme importante, ce qui rendrait la retraite plus difficile à vivre. Si la situation financière est difficile, une retraite pourrait ne faire qu’aggraver la situation et causer encore plus d’inquiétude au niveau des finances et avoir un impact important sur le passage à la retraite. Dans le cas d’une situation familiale difficile, une retraite pourrait avoir un impact négatif sur la situation et ainsi rendre le processus de la retraite plus difficile.

Finalement, certains auteurs mentionnent que l’âge à laquelle se vit la retraite a un impact sur comment elle sera vécue (Lagacé, 2007). En effet, les travailleurs entre 45 et 64 ans sont plus susceptibles d’avoir des difficultés psychiques suite à la retraite versus ceux qui prennent leur retraite passé les 65 ans, l’âge officielle de la retraite, l’âge à laquelle la retraite est socialement plus acceptable.

2. Diagnostic. Quelles sont les causes de la dépression de Nestor, les facteurs qui l’y ont amené?

Les causes probablement de la dépression de Nestor sont multiples. En effet, sachant que la dépression est une maladie non attribuable à un évènement spécifique, il est difficile de cibler uniquement quelques éléments. Il est donc possible d’attribuer la dépression de Nestor à un ensemble de différents facteurs, qui combiner à la susceptibilité psychique de Nestor, ont produit un état dépressif chez celui-ci.

Tout d’abord, l’élément le plus important qui a mené Nestor à la dépression est selon moi le fait que la prise de la retraite a été forcée, c’est-à-dire qu’elle n’était pas souhaitée par celui-ci. En effet, ce choix n’était pas du tout assumé par le travailleur et comme on l’a vu plus haut, c’est l’élément qui est le plus influent pour prédire les difficultés encourues suite à la retraite, selon la conclusion tirée de la revue de plusieurs études faite par Lagacé (Lagacé, 2007).

Aussi, il est important de soulever que Nestor travaillait dans la cour à bois depuis vingt-huit ans, ce qui sous entend qu’il y avait un attachement émotionnel établi depuis plusieurs année à son travail, à ses collègues et à son entreprise.

...

Télécharger au format  txt (15.7 Kb)   pdf (131 Kb)   docx (13.1 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com