LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

AUTONOMIE DE LA SCIENCE ADMINISTRATIVE

Dissertation : AUTONOMIE DE LA SCIENCE ADMINISTRATIVE. Recherche parmi 143 000+ dissertations

Par   •  15 Août 2013  •  2 164 Mots (9 Pages)  •  891 Vues

Page 1 sur 9

SUJET 1 : Autonomie de la science administrative

La science administrative est inséparable de l'administration publique puisque cette dernière constitue son champ d'étude privilégié.

En effet la science administrative est caractérisée par une certaine hétérogénéité en ce qui concerne les objets, la filiation, les finalités ou encore les terminologies. Les confusions et les hésitations sur les différentes variables caractérisant la science administrative comme discipline scientifique se traduisent dans la pratique par des hésitations profondes sur le concept même de « science administrative ».

Ainsi l'autonomie s'entend de la délimitation par la science administrative d'un domaine propre par rapport à celui d'autres disciplines.

Cependant la science administrative n'a pas vu le jour soudainement. La science administrative s'est constituée petit à petit dans des Etats de tradition juridique différente mais aussi dans une situation contextuelle faite de positionnement et de recherche d'hégémonie vis-à-vis d'autres sciences qui étudient l'administration publique et les organisations en général.

L'intérêt suscité par le thème abordé dans cette étude, réside dans le fait que ce n'est pas uniquement la science administrative qui s'intéresse au fait administratif. D'autres sciences aussi ont exprimé leur attachement à cet objet.

Dès lors il est question de savoir en quoi le point de vue de la science administrative sur son objet et ses méthodes est spécifique ? En d'autres termes pourquoi revendiquer une « souveraineté épistémologique » pour la science administrative et quel rapport entretient-elle avec ses disciplines voisines ?

Les contours et aspects de cette autonomie peuvent être variés ; ce qui nous amène à retenir et à mettre l'accent sur la naissance, les péripéties d'évolution de la science administrative et les relations qu'elle entretient avec les autres sciences.

Au regard de ces considérations, nous porterons notre réflexion sur les différentes approches conceptuelles de la science administrative (I) avant d'examiner la pluridisciplinarité de la science administrative(II).

I- Les approches conceptuelles de la science administrative

Il s'agit de la conception traditionnelle(A) et de la conception moderne de la science administrative(B).

A- La conception traditionnelle de la science administrative : une conception normative

La science administrative est l'héritière de la science de la police développée au début du XVIIIe siècle en France et en Allemagne par de nombreux auteurs allemands appelés « caméralistes ».Elle était conçue, à l'origine comme une annexe, un complément du droit administratif. Mais en réalité science administrative et droit administratif se sont développés de concert.

La science administrative n'a pas vu le jour soudainement, mais s'est constituée peu à peu, à partir d'apports théoriques et empiriques successifs. Elle se construit sur un ensemble de courants hétérogènes. La science administrative s'est développée dans des contextes nationaux divers qui déterminent les règles de fonctionnement des administrations mais qui n'influencent pas directement les rôles et les fonctions des administrations publiques.

Ainsi à sa naissance, la science administrative était un corps de règles bien définies. Elle montrait l'administration telle qu'elle devait être. Elle a été concurrencée dans cette démarche par le droit administratif.

Elle a été conçue comme un instrument de commandement entre les mains du pouvoir politique ce qui a souvent fondé l'idée selon laquelle la science administrative n'avait comme objectif que de protéger les droits des individus tout en donnant à l'administration les moyens d'agir ce qui explique que la science administrative a souvent été confondue avec le droit administratif.

Si la science administrative traditionnelle s'est justement appesantie sur l'édiction de normes de fonctionnement de l'administration ; la science administrative moderne, elle, a préféré mettre l'accent sur le droit.

B- La conception moderne de la science administrative : une conception restrictive au droit

La conception juridique de la Science Administrative privilégie la référence aux textes. Ainsi la science administrative moderne a été conçue avec une prise en compte de la dimension juridique de l'activité administrative. Le droit tient une place essentielle dans la vie administrative, aussi bien sur le plan instrumental que symbolique : entièrement coulée dans le moule du droit, l'administration se caractérise par un haut degré de juridicisation ; et cette dimension doit nécessairement être intégrée dans son étude.

Mais le droit n'est pas seulement pour la science administrative un élément à prendre en compte; c'est aussi une approche, indispensable pour accéder à une connaissance scientifique de la réalité administrative. En effet, la réalité administrative, comme celle politique, est une réalité juridiquement construite, encadrée, régie et codifiée par le droit, une réalité que le passage par le droit contribue à objectiver.

Ainsi la science administrative doit, par une démarche authentiquement interdisciplinaire, utiliser les acquis de l'approche juridique. En France, pendant longtemps, la vision des phénomènes administratifs a été essentiellement juridique, pour la simple raison que le droit occupe une place importante dans le fonctionnement de l'administration.

La Science administrative moderne n'est pas une science normative ; elle ne montre pas l'administration telle qu'elle doit être (c'est le rôle du droit administratif), mais telle qu'elle est réellement. Et elle n'est pas homogène. J. Chevallier et D. Loschak ont bien montré « qu'elle est faite d'un ensemble de discours éclatés, stratifiés. Il n'y a pas une Science administrative mais de multiples approches de l'étude de l'administration qui forment, en les accumulant, la connaissance en Science administrative».

Il faut reconnaître que l'approche juridique est la meilleure pour comprendre certains phénomènes comme le contrôle de l'administration ou même la décentralisation. Le droit donne une meilleure connaissance des institutions et offre un appareil méthodologique

...

Télécharger au format  txt (14.7 Kb)   pdf (148.4 Kb)   docx (13.6 Kb)  
Voir 8 pages de plus »