LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Kant, Quatrième Proposition

Étude de cas : Kant, Quatrième Proposition. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  16 Décembre 2019  •  Étude de cas  •  1 421 Mots (6 Pages)  •  70 Vues

Page 1 sur 6

Commentaire 4èmè proposition de Kant

Idée d'une histoire universelle au point de vue cosmopolitique est un essai philosophique publié en 1784 par Emmanuel Kant. Au travers de la  quatrième proposition, Kant affirme que les hommes sont d’une nature sociables, autrement dit qu’ils peuvent aimer être entourés par d’autre individus, mais qu’ils sont également de nature insociables, c’est à dire qu’ils vont avoir tendance à avoir des comportement égocentrique voire même égoïste dans un but d’émancipation personnel. On apprend ainsi grâce à Kant que cette situation discordante peut être considéré comme un atout puisqu’elle pousse les hommes à instaurer des règles de plusieurs type, comme des règles juridique et politiques pouvant conduire une certaine concomitance entre les hommes. Il émet donc ici une thèse plutôt paradoxale : c’est l’opposition des hommes qui permet le fait qu’ils puissent dégager toutes leurs capacités. En effet, il appuie sa thèse sur le fait que l’homme veut rentrer en société mais également sur le fait que l’homme veux en sortir pour s’isoler. Il émet donc un antagoniste dans les rapports qu’entretiennent les hommes à l’égard d’autrui. En quoi l’insociable sociabilité permet-elle à l’homme de se développer ? Nous nous pencherons d’abord sur le caractère sociable de l’homme. Ensuite, nous étudierons son penchant à se s’isoler. En fin, nous nous attarderons sur le fait que cette dualités (sociabilité/insociabilité) apporte des avantages à l’homme.

Kant parle d’une « disposition à s’associer », il évoque ici le fait que les

hommes on une tendance à vivre en société. En effet, il dit que l’homme ressent, au travers de cette société, « le développement de ses dispositions naturelle » à la ligne 7. En nous disant que « l'homme possède une dispositions a s’associé car dans un tel état il se sent plus homme » à la ligne 6, Kant nous montre que l'homme va s'associer avec d'autres hommes dans le but de ce hisser parmi ces derniers, devenir plus fort qu’eux, c’est à dire qu’il va tirer profit de ces alliances pour s’améliorer et se dissocier des autres. On comprend ainsi qu'il veut se dépasser pour devenir autre chose qu'un homme, un être supérieur. Les hommes, selon Kant, entendent s'associer pour favoriser « le développement de [leurs] dispositions naturelles » à la ligne 7. Ainsi, sans cette disposition, nous n’arriverions pas à exploiter ce qui fait de nous des hommes comme le fait de toujours  vouloir être meilleur que les autres, obtenir une meilleur place que ces derniers. Sans le développement de ses « dispositions naturelles », l’homme pourrait alors se sentir plus faibles. Cela nous amène donc à différencier la sociétés humaine d’un troupeau de bétail qui ne suivrait que son instinct  sans réellement réfléchir et donc qui n’arriverait pas à s’associer comme les hommes. On peut ainsi dire que « l’homme possède une disposition à s’associer » car il va chercher se regrouper pour se distinguer de certain groupe d’animaux et également pour se développer eux même.

        Malgrès cela, Kant émet un paradoxe. En effet, il dit aussi que l’homme, à la ligne 8,  « à aussi une forte tendance à se singulariser ». Ainsi, l’homme serait confronté à une résistance à se sociabiliser, c’est à dire une envie de se retrouver avec lui même car il veut tout commander seul et selon ses propres idées et donc de fait il menace le bon déroulement de cette société. Il possède donc un caractère qu’on pourrait qualifier de psychorigide. De plus, on sait que l’homme peut ressentir le bénéfice de la société en entrant mais il a également ce «caractère insociable qu’il a de vouloir tout diriger seulement selon son point de vue » aux lignes 9 et 10. En effet, l’homme cherche également à montrer sa mésentente et donc il va s’isoler. Dans le but d’assouvir se désir de vouloir s’exprimer sur ses désaccord, l’homme va donc chercher à s’isoler pour montrer sa volonté de faire évoluer les choses au travers de son opposition. Cela va à l’encontre de environnement des bergers d’Arcadie. En effet, ces bergers n’émettent jamais de remarques et acquiescent tout ce qu’il se passe. Ainsi, ce « monde parfait » est loin d’être enviable pour l’homme car il ne pourrait pas se sentir homme. En effet, il a besoin de s’isoler pour marquer un désaccord et pour diriger les choses comme bon lui semble. Dans une harmonie parfaite, cela est impossible, de fait, l’homme va avoir tendance à se singulariser pour s’imposer et donc ressentir un besoin de s’isoler pour être différent des autres hommes.

...

Télécharger au format  txt (8.8 Kb)   pdf (29.4 Kb)   docx (9.8 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com