LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

ADM 1002 initiation à la gestion TN1 Les assurances Sécuriplus

Étude de cas : ADM 1002 initiation à la gestion TN1 Les assurances Sécuriplus. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  5 Août 2018  •  Étude de cas  •  1 379 Mots (6 Pages)  •  345 Vues

Page 1 sur 6

Questions

Question 1 (5 points)

La division et la spécialisation du travail permettent l’accélération de la production, l’augmentation des habiletés et l’accroissement de la capacité de chacun à innover et à améliorer son poste. Selon ma lecture de ce cas, l’entreprise les Assurances Sécuriplus correspond à plusieurs aspects de la pensée de Smith.

Premièrement, l’organigramme de cette compagnie démontre clairement la division du travail. Il y a trois segments ; l’assurance vie, l’assurance industrielle et l’assurance médicale. Chacune est spécialisée et indépendante l’une de l’autre ; « Chacune de ces divisions fonctionnait dans un environnement administratif et dans un contexte de marketing bien différent de sorte qu’elles étaient gérées comme des entités virtuellement indépendantes ». De plus, elles ont chacune leur propre direction, leur équipe de vente, leurs services administratifs et leur personnel de bureau. En bref, chaque segment respecte le principe de l’organisation scientifique du travail.

Par la suite, l’organigramme démontre aussi la double division du travail, c’est-à-dire la séparation verticale et hiérarchique entre les tâches de conception et celle d’exécution. La pensée de Taylor concernant les ouvriers peut être lu comme « Vous n’êtes pas là pour penser ! », cette affirmation ressemble au propos du dirigeant M. Blanchette : « Quand je voudrais l’entendre japper je tirerais sur sa chaîne, mais qu’entre-temps, je voudrais le voir devant sont écran ».

Ainsi, l’analyse et la décomposition des tâches peuvent être perçues dans ce cas. Il y a eu une observation scientifique des temps pour des tâches. L’étude a eu comme conclusion le pourcentage du temps consacré à chaque activité par type de réclamation. Ce qui emmène la recherche de la meilleure méthode pour réaliser une tâche. Les modes opératoires sont aussi calculés ce qui ressemble à l’automate de la pensée Taylorienne : « le courrier arrivait à la division médicale tous les jours à 11 : 00. Le courrier était ouvert à l’arrivée et on procédait alors à un premier tri […] Suite à ce premier tri, le courrier était distribué à chaque service à 14 : 00 ». Chaque employé doit faire une tâche bien précise qui est calculée.

Ensuite, le recrutement de l’individu le plus apte à accomplir la tâche se fait presque de façon automatique puisque les formations sont données par département selon la tâche attitré. « Nous avons investi des milliers de dollars en formation interne et j’ai envoyé tous les commis aux réclamations suivre des cours de saisie et de traitement de données […] Ils ont tous eu 10 heures de formation intensive ». Le suivi strict et le contrôle permanent sont bien illustrés comme l’approche du rendement de productivité des employés.

Donc, le seul principe qui n’est pas confirmé dans ce cas est la mise en place d’un système de salaires proportionnel au rendement. À mon avis, la menace de la perte d’emploi et la réprimande sont les seuls aspects de motivation à la performance. Cette direction fait plus appel à la peur qu’à la motivation réelle. Les employés ne peuvent pas démontrer d’échange dynamique avec cette entreprise.

Question 2 (5 points)

L’objectif de Henri Fayol était d’établir des principes d’organisations qui assureraient une efficacité maximale. Ainsi, il en a formuler 14 qui sont généraux. Voici ceux qui sont énoncer dans l’entreprise les assurances Sécuriplus.

La division du travail

Les travailleurs doivent être spécialisés ; dans le cas des assurances Sécuriplus, chaque employé a un poste et des tâches particulières tel que l’on peut voir à la figure 1, c’est-à-dire l’organigramme de la division médicale. De plus, cette partie a été répondue en détail à la question 1.

L’autorité et la responsabilité

Ce principe correspond au droit de donner des ordres et au pouvoir de les faire exécuter. Dans le cas étudier, M. Blanchette est le directeur du service des réclamations/médicaments. À plusieurs reprises, il établit son autorité et son pouvoir de dirigeant : « Je fais mon travail de gestionnaire, il est à peu près temps qu’ils fassent leur travail de commis […] J’entends bien changer les choses et améliorer la performance autour d’ici et tant pis s’il faut congédier chacun des commis du service pour y arriver ! » Bref, il utilise une menace de sanction pour avoir une conséquence, qu’elle soit négative ou positive, des actes utiliser.

La discipline

Ce principe

...

Télécharger au format  txt (9.2 Kb)   pdf (127 Kb)   docx (14.2 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com