LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La En lisannt le roman La place d'Annie Ernaux, de quelle façon l'écriture plate et l'autoofiction contribuent pour donner de la place au portrait du personnage principal?

Dissertation : La En lisannt le roman La place d'Annie Ernaux, de quelle façon l'écriture plate et l'autoofiction contribuent pour donner de la place au portrait du personnage principal?. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  10 Mai 2017  •  Dissertation  •  820 Mots (4 Pages)  •  679 Vues

Page 1 sur 4

Universidade de Brasília

Département : Departamento de Teoria Literária e Literatura

Discipline :Littérature Française - Panorama                Code :141224

Prénom : Amanda Sany Martins Pimenta

Immatriculation :12/0025604

SUJET: En lisant le roman La place d’Annie Ernaux, de quelle façon l’écriture plate et l’autofiction contribuent pour donner de la place au portrait du personnage principal ?

L’écriture plate : une façon de s’excuser ou une fuite

Annie Ernaux débute sur le domaine littéraire français dans les années 80, avec un style d’écriture différencié.  En portant une écriture simples, qui ressemble être sincère en utilisant des phrases dépourvues des effets littéraires, nous amène à réfléchir à sa écriture particulier, la sincérité avec laquelle elle apparemment décrit en détail sa vie, créé un lien avec le lecteur.  Toute l'œuvre d’Annie Ernaux est basée sur ce projet : aller au plus profond de l’intime.

La Place est un livre important dans la carrière de l’auteur, il a eu une bonne réception et grâce à ce livre elle a remporté quelques honneurs comme le prix Renaudot en 1984. Ernaux, dès le début de l’histoire, présente son style littéraire, à partir d’une écriture plate, elle va décrire la vie de sa famille le plus froidement possible, sans émotions. À compter de ce moment, elle donne une véracité a l’œuvre. Le récit d’une vie modeste d’une famille ouvrière, à l’aide d’un vocabulaire simple, dans des phrases dépouillées.

L’histoire commence grâce à des souvenirs d’événements récents, ensuite l’auteur retrace l’histoire de l’ascension sociale de sa famille de trois générations successives depuis ses grands-parents. À travers les deux guerres mondiales, en utilisant toujours l’histoire sociale et économique entrelacé avec l’histoire de sa famille. Ses grands-parents étaient des modestes agriculteurs, ils n’avaient pas d’études ou d’argent. Ses parent d’abord ouvriers, ils avaient un peu d’étude, il savait lire et avec la révolution industrielle, ils ont eu l’opportunité de changer de vie et même devenir commerçants. Par finir Annie qu’a eue un diplôme, elle poursuivait des études bien longues pour une jeune fille de l’époque, devenant professeur et en se mariant à un garçon de bonne famille, en accédant la bourgeoisie.

Pendant le récit nous voyons l’éloignement crée entre Annie et ses parents au cours de ses études, à chaque moment qu’elle avance dans l’étude, il y a une perte de communication entre eux. Son père est bien sur le personnage central de ce livre. Il est souvent décrit comme quelqu’un de caractère modeste, toujours prêt à travailler ou à raconter des histoires, une bonne personne. Nous découvrons ce qu’a été sa vie et le chemin qu’il a parcouru en soixante-sept ans. De l’enfant de chœur faisant deux kilomètres à pied pour atteindre l’école (l’auteur fait une comparaison à Moyen Âge), à être obliger à sortir de l’école et travailler comme vacher, puis la guerre, puis à l’ouvrier en mariant à une ouvrier de la même classe social, puis au commerçant. Un récit sur tout son chemin parcouru, sur son caractère, sa façon d’être, ses habitudes. Ils avaient une vie simples, mais vraiment mieux de ce que ses parents on avait quand enfants.

...

Télécharger au format  txt (5 Kb)   pdf (322.1 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com