LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'émancipation De La Femme Par Le Sport

Rapports de Stage : L'émancipation De La Femme Par Le Sport. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  5 Mars 2012  •  5 532 Mots (23 Pages)  •  5 754 Vues

Page 1 sur 23

Problématique : La pratique sportive féminine : une avancée dans la société ?

Année : 2010-2011

SOMMAIRE

Introduction …………………………………………………………………p3

 I ) Une affirmation des femmes à travers le sport de plus en plus prégnante.

A)  Des femmes absentes dans la pratique sportive et dans la compétition…………………………………………………………………… p4

B)  L’émancipation et l’affirmation des femmes………………………. p5

II ) La pratique sportive féminine déterminé socialement.

A) Les problèmes de disparités entre les sexes………………………. p9

B) Plusieurs contraintes de la pratique pour les femmes……………. p11

C) Les femmes à la direction du sport………………………………………….. p13

 III ) L’exemple du football à la fois affirmation et inégalités.

A) Les spécificités du football féminin…………………………………… p16

B) La mixité, une réalité éphémère………………………………………… p17

C) Les hostilités a l’égard du football féminin…………………………… p20

Conclusion……………………………………………………………………… p22

INTRODUCTION

En 2010 sur 64,7 millions de français seulement 30 millions pratiquent un sport ou plus dans la semaine, 24,5 % de femmes, contre 52 % des hommes possèdent une licence. Même si les femmes ne sont toujours pas aussi nombreuses dans la pratique sportive dans la société que les hommes, elles commencent de plus en plus à s’intégrer. Dans certains domaines comme la danse ou l’équitation par exemple, elles sont un nombre bien plus important que les hommes 83 et 71%. Mais ce n’est pas seulement dans le sport en tant que loisir que l’on peut constater une évolution, il y a aussi leur émancipation dans les jeux olympiques, elles étaient aux nombres de 0 en 1896 à Athènes, alors qu’aux jeux de Pékin en 2008 elles étaient presque aussi nombreuses que les hommes.

Le sport a vécu une longue histoire mais en ce qui concerne la pratique sportive féminine, celle ci a connu une destinée différente de celle des hommes. Interdites de Jeux Olympiques, elles sont désormais pleinement ancrées dans la vie sportive aussi bien au niveau loisir que compétitif, il reste néanmoins des inégalités entre les deux sexes

On peut se demander si grâce à l’insertion des femmes dans le sport, ces dernières ont connu une avancée dans la société ?

Pour répondre à cette question, nous analyserons le sujet en trois temps.

Tout d’abord avec l’affirmation des femmes à travers le sport de plus en plus prégnante, ensuite nous allons voir que la pratique sportive féminine est déterminée socialement avec de nombreuses contraintes mais également beaucoup de progrès et enfin avec l’exemple du football, nous montrerons qu’il persiste des contraintes, des stéréotypes et des préjugés mais que malgré cela les femmes ont su se faire une place dans une pratique sportive masculine .

I ) Une affirmation des femmes à travers le sport de plus en plus prégnante

A )  Des femmes absentes dans la pratique sportive et dans la compétition

La participation des femmes dans les sports est une histoire aux racines anciennes, méconnues et pourtant neuve pour nous. Sans risque de trop se tromper, on pourrait ajouter qu'elle comporte des épisodes ahurissants.

Dans la Grèce antique, les femmes n'avaient même pas le droit d'assister comme spectatrices aux Jeux olympiques et encore moins de prendre part aux épreuves. Certaines se sont déguisées pour entrer au stade, se sont fait prendre et ont été exécutées.

Sautons deux millénaires pour nous retrouver en 1896 aux premiers jeux olympiques modernes. Les choses n'ont guère évolué. Le baron Pierre de Coubertin, fondateur des jeux, considère que les femmes devaient se limiter à applaudir les athlètes masculins. Il les interdit de Jeux Olympiques et s’exclament : « Une Olympiade de femelles est impensable, impraticable, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique, c’est l’adulte mâle ».

En 1920, la femme est considérée de faible constitution ; il lui est préconisé l'éducation physique, pour renforcer les muscles nécessaires à la procréation.

Dans les années cinquante, il lui est interdit de jouer au football, au rugby, de faire du cyclisme de compétition ou des sports de combats.

Tout au long des 18e et 19e siècles, les médecins découragent les femmes de la pratique des sports car elles deviendraient trop musclées, ce qui pourrait nuire à l'enfantement, déplaire à leurs maris et, au bout du compte, menacer la nation ! Plus près de nous, aux alentours de 1930, il était encore courant d'entendre des médecins dissuader les femmes de faire du vélo, leur conseillant plutôt de rester à la maison où elles pouvaient quand même pédaler, mais sur leur moulin à coudre, et battre des tapis pour se renforcer les bras.

Autre obstacle encore, les médias consacrent tous supports confondus, peu de place à la pratique du sport au féminin. En 1995, 305 heures d'antenne ont été consacrées aux sports féminins à la télévision française, contre 1041 heures pour les sports masculins. Moins vues à la télévision, les sportives disposent de moins de sponsors donc de moins d'argent. Or, les médias façonnent les mentalités, construisent les représentations. Et même si certaines campagnes de publicité, exploitent l'image de certaines championnes pour des lignes de vêtements de sport, le sport dans les médias est surtout une réalité masculine.

Serait-ce un problème de performance ?  Certes, dans certains sports les femmes ne peuvent pas "musculairement" parlant, rivaliser avec les hommes. Mais dans

...

Télécharger au format  txt (37 Kb)   pdf (313.2 Kb)   docx (24.1 Kb)  
Voir 22 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com