LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire sur le roman Au bonheur des Dames d'Emile Zola

Note de Recherches : Commentaire sur le roman Au bonheur des Dames d'Emile Zola. Recherche parmi 254 000+ dissertations

Par   •  9 Décembre 2012  •  1 026 Mots (5 Pages)  •  927 Vues

Page 1 sur 5

Commentaire :

Au Bonheur des Dames, Emile Zola.

Le Directeur du magasin, Octave Mouret, à organisé une « journée de grande vente ». Alors que la journée va se finir, il admire, du haut d'un escalier, la foule d’acheteuses qui continuent à se hâter dans les rayons. Zola, toujours adroit à évoquer les foules, reconstituées pour nous l'atmosphère de ce grand magasin. A travers cette évocation, toutefois, il construit le portrait d'un homme, Octave Mouret, et s’engage à une réflexion critique sur la place que conquiert le commerce dans la société de son temps...

I - L’évocation réaliste, voire naturaliste d’un grand magasin.

a/ Le magasin d’Octave Mouret est tout d’abord un grand magasin par son volume et son architecture, il y a une énorme charpente métallique, des escaliers suspendu puis des ponts volants. Il y a donc plusieurs étages. La boutique possède un décor grandiose en référence à « ces flamboiements » une évocation de couleurs lumineuse.

b/ La diversité de marchandises est l’un des facteurs qui fait que le « Bonheur des dames » fait un grand succès. Il a regroupé en un magasin plusieurs commerce de détail, sa marchandise est donc étendu ce qui facilite les gens à acheté tout dans le même magasin. Dans cet extrait, le mot étoffes revient deux fois ce qui doit être un article populaire à l’époque. Zola fait remarquer l’entassement continu de marchandises ce qui confirme que c’est un grand magasin aussi du côté produit.

- Une bonne marchandise trouve facilement acquéreur.

c/ Mouret pratique des techniques novatrice sur ces client(e)s comme sa baisse des prix et ses rendus. Il leurs fait croire qu’il faut acheter maintenant pour bénéficié de promotions… Les clients se disputent donc des articles comme si ils faisaient l’affaire du siècle. Il cherche d'emblée à les séduire par le caractère esthétique du déploiement des marchandises. Il veut attirer surtout les femmes car il c’est que ce sont les plus dépensières.

d/ Les clientes du bonheur sont pour la plupart des femmes de la petite bourgeoisie comme Mme de Boves, Mme Bourdelais, Mme Marty (et sa fille), Mme Desforges et Mme Guibal qui forment une «petite bande» comme dit dans l’extrait. L’effet de foule ou de flux continu est d’abord à cause des virgules au lieu des points il a voulu que le lecteur est l’impression de ne plus en finir. Puis c’est dit par « son peuple de femmes » qui nous fais revenir à la clientèle exclusivement féminine et au monde qu’il y a dans le magasin lors de cet journée de grande vente, mais aussi par « la houle désordonnée des têtes. » qui montre à travers le regard de Mouret sur les escaliers, touts ces clients se bousculant.

II - Une métamorphose, une amplification visionnaire de la scène.

a/ Dans cet extrait le patron du bonheur devient le nouveau maître des femmes, elles remplacent leurs rendez-vous religieux avec Mouret et son bazar. Elles sont possédez par la dépense nécessaire pour assouvir leurs passion nerveuse. « Il avait conquis les mères elles-mêmes ». Elles ne jugent que par Mouret et rien d’autre « il régnait sur toutes avec la brutalité d’un despote». Zola nous décrit

...

Télécharger au format  txt (6.2 Kb)   pdf (79.9 Kb)   docx (10.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com