LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Biographie De Jean Racine

Recherche de Documents : Biographie De Jean Racine. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  14 Décembre 2013  •  9 778 Mots (40 Pages)  •  424 Vues

Page 1 sur 40

À partir de 1658, Racine fréquente les milieux littéraires et mondains (il rencontre La Fontaine vers 1660, Molière en 1663 et Nicolas Boileau) et devient dramaturge: après La Thébaïde (représentée en 1664 par la troupe de Molière) et Alexandre le Grand à la fin de l’année suivante, il connaît son premier grand succès avec Andromaque en 1667. Les années suivantes, les succès s’enchaînent avec Bérénice en 1670, Bajazet en 1672, Mithridate en 1673 et Iphigénie en 1674.

Il est reçu à l’Académie française en 1673.

En 1677, alors qu’il n’a que 37 ans, Racine rompt avec le monde théâtral et devient, avec Boileau, historiographe du roi Louis XIV.

Après plus de dix ans d’absence, et sur la demande de Madame de Maintenon, il revient au théâtre avec deux tragédies bibliques: Esther en 1689 et Athalie en 1691.

Racine meurt à Paris le 21 avril 1699.

Œuvres principales de Racine

Andromaque (1667)

Athalie (1691)

Bajazet (1672)

Bérénice (1670)

Britannicus (1669)

Esther (1689)

Iphigénie (1674)

Les Plaideurs (1668)

Mithridate (1673)

Phèdre (1677)

ter contre les coalitions des protestants qui, en 1627, veulent faire de La Rochelle un État indépendant. En réponse à ces troubles, Richelieu mène une politique de répression devant conduire à la restauration de l'autorité royale. Toutefois, les tensions perdurent et elles conduisent à la Fronde de la noblesse qui fait paraître au grand jour les oppositions au système monarchique. Cette période coïncide avec un moment où le régime est affaibli. Louis XIV, âgé de cinq ans lorsque meurt Louis XIII, ne peut régner. C'est donc sa mère, Anne d'Autriche, qui assure la régence. L'impopularité de la politique menée par Mazarin, le successeur de Richelieu, cristallise les mécontentements. En 1648, l'insurrection du Parlement contre de nouvelles taxes entraîne dans son sillage une véritable guerre civile qui ne cessera véritablement qu'en 1652. Mais la Fronde se solde par la victoire du parti du roi et, contrairement à ce qu'elle visait, renforce l'autorité monarchique.

Avec l'avènement de Louis XIV s'établit l'ère la plus resplendissante de la monarchie absolue en France. La cour représente le plus grand centre intellectuel du pays, littérature et arts y sont associés dans le culte de la grandeur royale. La culture de la France (avec son art et sa littérature), ses acquisitions dans le domaine des sciences se trouvent à l'avant-garde de la culture, de la littérature et des arts européens. Tout comme la Pléiade, le XVIIe siècle se propose de rivaliser avec les Anciens mais il le fait avec un dessein réfléchi, avec méthode et non plus guidé uniquement par l'enthousiasme. Pour veiller aux principes, aux usages admis de la pensée et des arts de nombreuses académies sont fondées (l'Académie française — 1635, l'Académie de peinture et de sculpture — 1665, l'Académie des sciences — 1666). Le français devient la langue internationale de l'élite.

Spécifiquement français, le classicisme, courant dominant du siècle, exprime le style de la monarchie absolue, nationaliste et centralisatrice. Il se répand peu à peu en Europe et impose un modèle du Beau qui se prolongera jusqu'au XVIIIe siècle. La gamme des écrivains, leur talent, leurs œuvres sont diversifiées et riches au cours du siècle, au sein même du classicisme.

Le XVIIe siècle est représenté en France par le déclin de deux pouvoirs internes au pays : celui du protestantisme (siège de La Rochelle par Richelieu en 1628, révocation de l'Édit de Nantes en 1685) et celui des Grands du royaume (mise en place par Louis XIV de la monarchie absolue de droit divin).La religion s'affirme. Après la Réforme protestante de Luther, affaiblie, après le désir de libre interprétation du divin, essoufflé, revient en force la culture chrétienne et biblique. Le XVIIe siècle est le siècle de Bossuet, de Pascal, du cardinal de Bérulle, de saint Vincent de Paul… Les théologiens se réaffirment et des querelles théologiques naissent entre les jésuites et les jansénistes .

le siècle classique

Le XVIIe siècle est marqué en littérature par deux courants importants. L'un, plus long et paneuropéen, est le mouvement baroque, l'autre, plus spécifiquement français et moins long (il ne dure qu'un quart de siècle), c'est le classicisme. Cependant ce courant dominant s'est imposé dans la lutte idéologique contre le baroque. Quelque chose de plus, il ne s'agit pas d'une opposition de façon absolue entre les deux formes de pensée mais plutôt d'interférences, de complémentaires, de continuité. D'ailleurs, les notes de baroque et de classicisme sont utilisées bien plus tard dans la littérature. On ne retrouve jamais la théorie achevée de ces deux courants appliquée dans une seule œuvre. Le baroque et le classicisme coexistent, y compris chez un même auteur. Ces contrastes, cette diversité, cette complexité font le charme du siècle.

Enfin, l'héritage humaniste a aussi donné naissance à un mouvement très controversé mais dont l'influence sera importante, le libertinage. le XVIIe siècle hérite des tensions politiques et religieuses issues du XVIe siècle. Le pouvoir monarchique cherche à les endiguer en imposant un autoritarisme qui va croissant tout au long du siècle, et qui atteint son apogée sous le règne de Louis XIV.

Ces deux courants esthétiques avec deux tendances opposée sont à certains égards contradictoires: traduction privilégiée des émotions, déploiement parfois débridé de l'imaginaire dans le cas du Baroque, priorité à la raison et à la mesure dans les oeuvres marquées par le Classicisme. Néanmoins il est parfois difficile d'établir une frontière entre les deux mouvements.

On peut en effet relever dans les deux cas des préoccupations liées au christianisme notamment l'obsession de la mort et du temps qui passe. En France, le baroque

...

Télécharger au format  txt (63.5 Kb)   pdf (529.9 Kb)   docx (40.2 Kb)  
Voir 39 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com