LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire- L'aveu Du Châtelain - Victor HUGO

Rapports de Stage : Commentaire- L'aveu Du Châtelain - Victor HUGO. Recherche parmi 219 000+ dissertations

Par   •  8 Mai 2013  •  1 161 Mots (5 Pages)  •  613 Vues

Page 1 sur 5

L’aveu du châtelain, Victor HUGO

Lecture analytique 1

Objet d’étude 1

1) L’aveu du châtelain est écrit par Victor Hugo au XIXème siècle. C’est la neuvième ballade de son recueil intitulé Odes et Ballades. Suite à la parution de celui ci il décide de publier Appendice aux Odes et Ballades afin de préciser son point de vue et ses objectifs quant à la rédaction de son recueil. Une ballade au sens strict est un poème de forme fixe composé de trois strophes et d’un envoi. Victor Hugo lui, l’a définie comme « des esquisses d’un genre capricieux : tableaux, rêves, scènes, récits, légendes superstitieuses, traditions populaire. » Lorsqu’il a composé ses ballades il « a essayé de donner quelque idée de ce que pouvait être les poèmes des premiers troubadours du Moyen Age ».

Nous allons nous attacher dans cette première partie à trouver les points communs entre ces poèmes de séduction écrits par les premiers troubadours et cette ballade d’Hugo.

L’aveu du châtelain est composé de sizains, aux rimes embrassées. Comme le poème de Ronsard, Mignonne allons voir si la rose, connu pour être à première vue un poème de séduction léger.

Les thèmes restent identiques avec ceux des chansons des troubadours: la nature et la femme. Dans les trois premiers vers on peut relever un important champ lexical de la nature : « plaine », « bois », « rose », « bruyère », « fleur », « agneau », « oiseau »,… suivi dans les vers suivants de mots rapportant à la féminité : «virginal », « sein », « corset », « robe », « fille », « comtesse », …

On peut retrouver en guise de refrain très présent dans ces poèmes destinés à être lus oralement l’apostrophe/anaphore « Madeleine »

Dans les deux cas le poète cherche à séduire une femme.

2) La citation de Ronsard : « Pource aimez-moy cependant qu’estes belle » que l’on peut traduire par « Aimez-moi, pendant que vous êtes belle », est tirée du sonnet à Marie. Celle-ci conclu le poème, où Ronsard essaie de séduire de façon peu délicate une femme. En effet il lui annonce que si pour le moment elle est belle et jeune demain elle sera vielle et « flétrie ». On peut donc supposer qu’Hugo a choisit cette citation pour deux raisons :

-l’apostrophe de ce sonnet est au nom de Marie or, il a lui-même choisit Madeleine pour la femme à qui s’adresse sa ballade, on peut donc voir une référence à Marie Madeleine personnage biblique plutôt connu pour avoir était prostituée avant que Jésus la rencontre et la sauve.

-ce sonnet paraît être au premier abord un simple poème de séduction, puisqu’il compare la femme à un bouquet de fleurs. Mais lorsqu’on y regarde de plus près on se rend compte qu’il conseille aux femmes de profiter des hommes avant qu’elles ne soient plus aussi attrayantes à leurs yeux, après avoir vieilli.

Ce point de vu est contraire au projet Hugolien et au genre troubadouresque en général. En effet dans son Appendice aux Odes et Ballades Hugo nous dit que ce sont des « rapsodes chrétiens qui n’avaient au monde que leur épée et leur guitare, et s’en allaient de château en château, payant l’hospitalité avec des chants »qui écrivaient ce genre de poème, cependant le comte Roger, écrivain fictif de cette ballade n’a pas besoin

...

Télécharger au format  txt (6.8 Kb)   pdf (85.5 Kb)   docx (10.7 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com