LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Avons-nous conscience de nos propres actes?

Dissertation : Avons-nous conscience de nos propres actes?. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  15 Janvier 2018  •  Dissertation  •  1 927 Mots (8 Pages)  •  1 084 Vues

Page 1 sur 8

Le terme « conscience » est très utilisé dans notre langage : « ne pas avoir conscience de ce que l’on fait » signifie que nous ne connaissons pas les conséquences de nos actes ou  que l’on exécute une action sans même s’en rendre compte. Que signifie donc  « avoir conscience »?  La conscience signifie étymologiquement « avec savoir »  elle permettrait  la connaissance de ses pensées, de ses sentiments ainsi que de ses actes.  Elle et soit immédiate ou spontanée, la conscience immédiate renvoie l’homme a lui-même ou au monde qui l’entoure lorsqu’il pense ou agit. La conscience spontanée ou la conscience réfléchie est la capacité de revenir sur ses pensées, ses actes ou ses faits et de pouvoir les juger, et  entre autre de saisir les notions de bien et de mal. Avons-nous conscience de nos propres actes ? Pour Descartes nous sommes tous conscient de nos faits «C’est moi qui doute, qui imagine, qui affirme ou qui nie… » Pour lui tout homme est à l’ origine de ses pensée, de ses volontés ainsi que de ses actes.   Cependant  suis-je responsable des choses commet sans avoir conscience? La notion de responsabilité serait de se reconnaitre comme auteur de mes actes et d’en être la cause évidente, être responsable de quelque chose c’est devoir se remettre en question.  Nous allons par conséquent nous demander si ne nous sommes  pas alors responsables de notre non conscience ou de notre inconscience ?

Nous allons tout d’abord observé en quoi nous ne somme pas responsable de ce dont nous n’avons pas conscience puis nous allons étudier les principes de responsabilité d’inconscience et de d’ignorance, pour enfin conclure que je suis responsable de ce que je suis.

        Le mot responsabilité a pour étymologie  du latin « respondere », signifie se porter garant, de « répondre ». La responsabilité c’est  de répondre de certains de ses actes, d'être garant de quelque chose, d'assumer ses promesses. Elle a pour conséquence le devoir de réparer  quelque chose causé à quelqu'un, voire de devoir supporter une sanction. La notion de responsabilité c’est donc de devoir répondre de sois même. Etre responsable, c’est donc  ce demander suis-je la cause ? Par exemple  dans un accident de voiture celui qui est responsable est celui qui a commis la faute, celui qui ne respecte pas le code de la route, celui qui ne pas mettre son clignotant. La personne devra donc répondre de ses actes  est  devoir assumer les conséquences, elle devra payer les dégâts causé sur la voiture d’autrui, la sienne et ainsi payer une amende. L’inverse, « pas être responsable » et d’avoir respecté le code de la route, d’avoir mis son clignotant, mais d’être quand même affecter par un accident. C’est alors que nous allons nous demander qui est donc responsable ? On cherche donc la personne qui aurait commis cet acte? Pour lui faire répondre de sa faute et de l’accident. Il a commis cet acte car il était libre de le commettre, la responsabilité c’est donc d’être libre de ses actes. Nous pouvons prendre l’exemple de l’homicide : tout le monde pourrai commettre un meurtre car nous somme libre de nos mouvement de nos déplacement de notre façon de penser et de nos choix, cependant cette acte sera lourd de conséquence, je serai responsable de la mort de quelqu’un. Je peux aussi être responsable de chose dont je n’ai pas commise, comme les parents qui sont jugé responsables des actes de leurs enfants. On en conclut alors que être libre c’est être responsables et que par cela il faut être capable d’assumer les conséquences.

On peut observer dans notre société différente formes de responsabilité comme la responsabilité civile qui est lié à la loi, qui détermine nos droits, nos libertés, et les limites. On peut donc être jugé responsable d’un fait dont ne nous sommes pas la cause ou dont je ne suis pas conscient.je peux être accusé d’être responsables de la mort de quelqu’un car il se trouvait dans ma voiture a ce moment la, je ne suis pas responsable de sa mort mais comme il ce trouvait seul en ma présence je peux être accusé comme le responsable. On retrouve aussi la responsabilité morale, c'est-à-dire assumer ses actes et se reconnaitre comme l’auteur, et d’accepter les conséquences. Etre responsable de ces actes c’est  affirmer que nous effectuons nos actes volontairement, j’ai désiré et voulu les conséquences de cet actes pour en être pleinement responsables. Je suis capable de comprendre que je commets un acte, je le fait de ma volonté. Si je marche, c’est qu’il s’agit d’une volonté de mon cerveaux retransmis a mes jambes pour que je puisse marcher, je suis responsable du mouvement que je produits. Cet acte est le produit de ma réflexion, je suis donc conscient de ce que fait. Cependant nous pouvons commettre des actes dont nous sommes contraints de faire sans notre volonté. Je fais des études car notre société nous l’impose, je le fait volontairement et consciemment mais car je suis obliger, mais ma vrai volonté serait de ne pas faire d’études et de partir explorer le monde.je suis donc responsable de faire des études malgré ma volonté.

Etre responsable c’est agir volontairement en liberté, si elle donne une réelle intention, d’une réflexion et d’une connaissance de l’acte commis. Par conséquent Pouvons-nous donc être jugé irresponsables d’un acte car nous sommes inconscients?

        

Nous avons observé le lien entre la responsabilité et la conscience mais la non conscience a-t-il un lié avec la responsabilité? La perte de conscience peu être la perte totale du contrôle de sont cerveau, on perd donc tout control de ses actes, comme lors d’un malaise. Au volant Le chauffeur n’est pas responsable de l’accident commis car il n’a pas voulu le commettre, il ne l’a pas commis volontairement. Cependant si le chauffeur avait un taux d’alcool trop élevée dans le sang, alors on pourra le juger comme responsables. Le chauffeur avait conscience qu’il devait pendre la voiture, Il a alors volontairement commis un délit. Le chauffeur était conscient que c’était une mauvaise idée mai il a quand même décidé de boire, mais il a quand même fait le choix de boire et de prendre la voiture par la suite. Il est donc responsable. Si le chauffeur était irresponsable de son malaise, c'est-à-dire indépendamment  de sa volonté,  il aurait donc du le prouver.

...

Télécharger au format  txt (11.4 Kb)   pdf (66.7 Kb)   docx (13.7 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com