Littérature / L'aveu De La Princesse De Cleves A Son Mari

L'aveu De La Princesse De Cleves A Son Mari

Recherche de Documents: L'aveu De La Princesse De Cleves A Son Mari
Rechercher de 35 000 Dissertation Gratuites

Soumis par:  brucelee240  09 décembre 2012
Balises: 
Mots: 1026   |   Pages: 5
Vus: 472

PRINCESSE DE CLÈVES

La Princesse de Clèves

plan de la séquence de la Princesse de Clèves

Séance 1 : introduction

séance 2 : le baroque

séance 3 : le classicisme

séance 4 : "Il parut alors une beauté à la cour"

séance 5 : rencontre Melle de Chartres et le duc de Nemours

séances 6 et 7 : recherches et scène à Coulommiers

séance 8 : remédiation du commentaire

séance 9 : les aveux de la princesse de Clèves

séance 10 : le débat

séances 11 et 12 : remédiation des fiches de synthèse

travail de fin de séquence

Commentaire: la venue de Melle de Chartres à la cour -Partie I

Commentaire: la venue de Melle de Chartres à la cour -Partie II

commentaire : la rencontre avec M. de Nemours - Partie I

commentaire : la rencontre avec M. de Nemours - Partie II

commentaire : la scène à Coulommiers- Partie I

commentaire : la scène à Coulommiers- Partie II

commentaire : la scène à Coulommiers- Partie III

Commentaire : l'aveu au duc de Nemours -Partie I

Commentaire : l'aveu au duc de Nemours -Partie II

SÉANCE N° 9 : Quatrième et cinquième texte étudiés : Le premier aveu de la Princesse à son mari, et le deuxième au Duc de Nemours (scène du renoncement).

Premier texte : un aveu à la fois sublime et destructeur. De "Il la pressa longtemps", p.110 à "entreprendre de la cacher.", p.113

Deuxième texte : la décision du renoncement motivée à la fois par la cruelle lucidité et le pouvoir de l'imagination. De "Je veux vous parler encore", p.163 à " celles de mon devoir.", p.165

Problématique : le rôle ambigu de la parole

Déroulement du cours :

-Correction des questions sur le 1er texte, construction du plan.

Réponses :

1)-La dramatisation :

-Par la mise en scène : Le silence est un puissant moyen qui prépare l'aveu, le mot est répété deux fois au début du texte,"profond silence", "son silence achevant", Il permet de tout envisager et la crainte du prince s'y engouffre

, une série de courtes répliques accule la princesse et l'adverbe "tout à coup" introduit l'événement extraordinaire.

Cette préparation conduit à la confession, l'interjection "eh bien" suivie de la position à genoux rompent les bienséances et montrent l'explosion des sentiments.

Les bienséances sont aussi rompues car le prince ne relève pas sa femme en signe de clémence, "hors de lui-même et il n'avait pas songé à faire relever sa femme" il est habité par le coup provoqué par l'aveu, il garde une attitude prostrée, accablée.

=Tableau d'une scène quasi religieuse qui présente l'offenseur repenti et la victime. Mme de Clèves devient une sorte d'icône "quand il la vit à ses genoux le visage couvert de larmes et d'une beauté si admirable, il pensa mourir de douleur"

-Par le style : de nombreuses hyperboles sont employées pour insister sur le caractère exceptionnel de cette scène : "Je vous fais un aveu que l'on a jamais fait à son mari&q ...



S'inscrire sur LaDissertation

S'inscrire sur LaDissertation - rechercher de 135 000 dissertations